Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Peinture et barbouille

  • L’art contemporain confronté à ses incohérences !

     

    Combien de temps d’étude faut-il d’après vous pour former un chirurgien ?

    Pour former un ingénieur en informatique ?

    Un architecte, un pharmacien, un pilote de ligne commerciale ou de la défense, un chef de chantier, un journaliste, une infirmière, un médecin, un agent secret ….. combien ? combien de mois, d’années ?

     

    Et puis combien de temps faut-il à un artiste charlot pour signer un bidet de son nom et le déclarer œuvre d’art contemporain ????????

    Y’a-t-il oui ou non des artistes dont la formation technique demande des mois ou des années ?

     

    Compressions de César, compression du temps et des connaissances …. Compression de l’intelligence …  mais expansion des gains !

  • L’art, le lard et le gras du bide des marchands d’art !

     

     

     

    Pas d’impôt sur les œuvres d’art !

     

     

    Mais c'est quoi l'art ?

    On a des croûtes lamentables qui valent des milliers d'euros et de beaux tableaux qui ne se vendent pas !

    C'est que l'art dont il est question à l'assemblée n'est pas l'art mais le commerce de l'art.

    Et quand on parle commerce .....  on parle de commerçants, de pratiques commerciales, de publicité, d'encarts, de part de marché, de bénéfices, de spéculations .... etc .....  tout un verbiage qui éloigne l'art de l'art pour rapprocher l'art de l'arnaque !

    Qui donne sa valeur à une œuvre d'art ?

    Un critique ?

    Un artiste ?

    Un expert ?

    Un spécialiste ?

     

    Non, un commissaire priseur, un gugusse qui travaille pour une salle de ventes tels Sotheby ou Drouot .....  autant de commerces qui appartiennent à des marchands qui font et défont les cotations. N'est-ce pas m. Pinault ?

    L'arnaque est massive et internationale.

    Ceux qui acquièrent des œuvres d'art en croyant en faire un investissement sûr peuvent très bien se faire avoir à long terme car il faudra bien qu'un jour on aboutisse à une véritable cotation des œuvres en fonctions de leurs réelles qualité et valeur.

    Entend-t-on jamais parler des techniques qui ont contribuées à la confection d'une œuvre ?

    Qui parle de sfumato, de glacis, de tempera et de toutes les matières et techniques entrant dans la composition des couleurs ?

     

    La pire anrnaque de toutes étant l'art contemporain dans lequel on trouve des bidets, des lunettes de chiottes et des poils de cul collés à des étrons fumants !

     

    Alors ..... imposer ces merdes ne serait que justice puisqu'il y a des imbéciles assez sots pour les acheter !

     

    En marge des marchands se décarcassent les institutions officielles chargées de mettre en valeur le ‘non art contemporain’ afin que des vendeurs puissent bénéficier de cette publicité payée par le contribuable pour le plus grand bien être des commerçants de merde !

     

    Les DRAC FRAC et autres artothèques forgent les goûts du grand public pour la crotte de bique et le pipi de chat !

     

    Le "non art contemporain" est l'ensemble des 'trucs' cacaboudin qui sont exposés et financés par les institutions d'État qui refusent obstinément de voir ce que les artistes (il y en a et ils refusent de les voir) produisent pour consacrer tout l'argent des contribuables à des entourloupes grossières et bidons.

     

    Le public n'est pas dupe, et ils n'arriveront pas à  tuer l'art.

     

    Tout ce qu’ils parviennent  à faire (je  parle de toutes celles et tous ceux qui œuvrent à pourrir les domaines artistiques) c'est se discréditer définitivement et ils finiront comme les autres en demandant au public de signer des pétitions pour les sauver.

    En ce moment, pétitions pour sauver les subventions distribuées généreusement par le ministère de la culture à des organismes comme ceux cités ci-dessus et pétition pour sauver l'argent généreusement donné au printemps des poètes ! Mais en temps de crise, on ne sauve pas le superflu inutile

     

    3 ampoules et un fil de fer barbelé n'ont jamais et ne feront jamais une œuvre d'art, mais par contre, ça permet de gagner beaucoup d'argent public sans le moindre effort, pas vrai ?

     

    Le non art contemporain disparaitra comme il est venu ..... avec la chasse d'eau.

     

     

    honfleur_domino_small_2-38c3330.jpg

  • La lune rousse ... ballade érotique et douce à écouter sans modération

    On n'est pas obligé de subir le mauvais caractère des politichiens acerbes, impotents et incompétents ....

    Y'a pas que des tarés sur terre .....  y'a aussi la lune !!!

     

  • Portrait officieux du nouveau président des Etats Unis d'Amérique

    Nous avons pu admirer (vous n'y échapperez pas ....) le portrait "officiel" du nouveau président poils à l'encan .....

     

    voici le portrait "officieux"

     

    450208obama.jpg
  • Un petit pas à pas

     

    Un pas à pas, c'est, comme son nom l'indique, quelque chose qui ne va pas vite, qui traîne, qui prend son temps ....

    Là, pour les besoins de la cause, ça va aller très vite, mais la durée entre la première photo et la dernière, c'est plus de trois mois de travail !

    C'est le temps moyen qu'il faut pour fabriquer un tableau.

    Evidemment, d'autres tableaux mettent bien plus longtemps.

    Un peintre "trompe l'oeil" , comme Poirier, pouvait mettre jusuq'à trois ans pour un tableau.

     

    Première photo :

    384660etape20.jpg

     

    Seconde photo :

    950585etape40.jpg



    Troisième photo :

    737255etape50.jpg


    Quatrième photo :

    390083etape90.jpg


    Et enfin, dernière photo :

    512683Honfleur_F.jpg


    Voilà, c'est tout !

  • Les arts, les artistes, la culture, l'argent, la politique ..... la vie, quoi !

     

    A propos du forum des artistes.

    Ce qui se dessine actuellement .......

    Il est intéressant pour tout homme de ne pas se cantonner dans son domaine propre, mais de voyager, de voir le monde, et de s'intéresser à tous les autres domaines, même si la doxa voudrait, justement, nous cantonner dans une seule pièce pour mieux nous maîtriser, mieux nous contrôler.

    Ce qui se dessine .....
    Pas seulement pour les arts, les arts sont derrière bien d'autres éléments qui plient tous sous une charge trop lourde.
    Les menaces qui pèsent sur notre pays sont liées à la dette publique qui est un moyen de financer les excédents de dépenses budgétaires ; dépenses qui, en théorie, ne devraient pas dépasser le montant des recettes du pays (PIB) sauf circonstance exceptionnelle et limitée dans le temps..

    Ces emprunts sont financés par des pays étrangers dont le budget est excédentaire.... c'est un moyen de peser gravement sur la politique du pays dont dépend le financement de la dette car si ce ou ces pays devaient à leur tour rencontrer de graves problèmes, ils demanderaient le remboursement de leurs prêts précipitant la Nation dans le chaos. .
    D'autre part, la crise des ‘subprimes’ est un feu couvert .... il n'attend qu'une occasion pour nous péter à la figure.

    Pendant ce temps là, notre président n'hésite pas à interférer pour remettre à flots B. Tapie en contrepartie de son soutien médiatico-politique.
    Il entraîne la France dans des guerres d’un autre âge et dont nous n’avons pas les moyens.
    Notre Etat est gangrené, emberlificoté dans ses habitudes et ses mauvais réflexes de laxisme et de copinage entre les responsables économiques (patronat) et les politiques.

    Plus aucun homme politique n’envisage de mettre en danger sa carrière politique pour le bien supérieur.

    Nous avons des politiques avachis et agrippés à leurs intérêts personnels immédiats.

    Je pense que la menace qui court au sujet des arts est tout simplement la dissolution du ministère de la culture et la vente des musées et des bâtiments aux privés les plus offrants.
    Les politiques qui nous gouvernent cherchent tous les moyens pour perdurer, pour faire traîner et continuer à profiter des moyens de la République pour leur confort et profit personnel, et pour cela, il leur faut des picaillons qu'ils sont prêts à aller chercher partout où il s'en trouve un peu qui ne soient pas protégés par le Prince.

    Je ne suis pas communiste, j'ai trop de culture dans les domaines financiers et comptables pour croire dans une gestion collective de type communiste.


    Les SCOP répondent mieux à ma culture.
    A la fois communauté de moyens et partage des tâches, des responsabilités et des bénéfices / pertes tout en respectant les règles du marché.

    Je pense que dans l'état des choses actuel, nous galopons allègrement vers une explosion de notre société telle qu'elle est. Soixante huit était une manifestation de midinettes en comparaison de ce qui nous attend ….. (oui, de toutes façons, c’était une révolte de rigolos en dentelles)

    Toutes les civilisations vivent de ces bouleversements indispensables à leur rééquilibre.

    Car le plus grand déséquilibre pour la France, c'est l'absence totale d'opposition et on sait que lorsqu'on est déséquilibré ...... on se casse la gueule !

    Le gouvernement et tout particulièrement le président de la République a les mains libres et peut, justement, vendre les biens théoriquement incessibles de la Nation, biens qui appartiennent à tous les Français mais qui seront demain dans les mains de quelques uns, les plus riches – ce qui sera aussi le résultat de l’impossibilité de financer sa conservation !
    Il a les mains libre pour faire la guerre sans que personne ne trouve à y redire ....
    Les mains libre pour favoriser les amis - c'est pas nouveau, mais ça prend des proportions extravagantes .... cf Tapie, Clearstream, la SG, aciéries Mital et tutti quanti ……….

    La disparition du ministère de la culture et la vente de tous les biens de la France peut aussi être une occasion d'un défi à relever car mettre tous les moyens financiers d'un ministère dans la conservation de biens passifs .... morts ..... ne présente aucun intérêt pour l'art vivant. Le reste des moyens financiers étant tous délivrés aux copains/copines (d’cheval) !


    L'art vivant, c'est un art qui assimile toutes les connaissances des anciens pour en créer de nouvelles et  apporter au public un art qui soit le reflet des préoccupations et des philosophies contemporaines jusque et y compris la critique de ladite société dans tout ce qu'elle a de vil et d'inhumain.
    Voilà, c'est à ça que je pense quand je pense à notre forum ..... un espace d’échanges et de création consciente et révoltée contre ce qui empêche la société d'évoluer dans de bonnes conditions pour le confort de tous les citoyens, une petite lumière dans la nuit qui nous attend et qu’on essaiera de maintenir dans les tourments.

  • Paul et Mike au sujet de l’art contemporain sur un autre site :

    <>L'histoire de l'Art s'est brusquement figée depuis l'émergence de l'Art moderne et auto-détruite aux premiers vagissements   de l'Art contemporain ?

    Qui ne respecterait plus aucunes règles ?

    Il a les siennes propres qui valent, pourquoi pas, celles qu'on lui reproche de ne pas suivre.

     

    Il ne faut pas confondre l'art et le business.

     

    Le business consiste à utiliser l'image de marque de l'art pour en tirer profit pour les modernes et à utiliser la renommée (la construire si nécessaire) des artistes décédés pour faire monter leurs côtes et prendre à chaque passage une commission substantielle pendant que les spéculateurs sont ravis de leur coup.

    Le business est le domaine du vendeur.

     

    L’art consiste à exprimer la perception qu'on a de ce qui nous entoure et de ce qui nous habite.

    En cela l'art a ses limites .... qu'on peut toujours chercher à repousser .... mais qui se heurte aux ressources de l'existant.

     

    Lorsqu’un artiste confie son travail à un vendeur, il éprouve de nombreux sentiments contradictoires.

    S'il est vendu, d'autres et s'il fait chou blanc, d'autres encore.

     

    Les règles ?

    Quelles règles ?

     

    Il y en a, à ma connaissance, de deux types :

     

    Les règles qui s'imposent : gras sur maigre. L'enfreindre, c'est s'exposer à l'échec inéluctable dans le temps.

     

    Les règles que l'on s'impose : mettre du vert dans le rouge pour faire les ombres .... on peut tout aussi bien utiliser du violet, du noir, du terre brûlée .... tout dépend du respect qu'on éprouve pour les règles et de l'intérêt qu'on trouve à les respecter.

     

    Mais les règles ne sont rien sans la technique.

    Comment faire du gras sur du maigre si on ne comprend pas comment faire.

    Comment réussir un glacis si on ne connaît pas les propriétés chimiques et mécaniques des liants et des différents pigments (les familles de pigment ne réagissent pas toutes de la même façon !)

     

    Confronté à cet obstacle intellectuel et culturel de la compétence technique, l'artiste bidon va prétendre qu'il peut très bien se passer de cette base de connaissances et faire mieux avec moins de moyens.

     

    Il se cantonnera dans l'utilisation de matériaux prêts à l'emploi et remplacera le savoir faire par du savoir baratiner ...... on tend vers le néant ! et on appelle ça "l'art contemporain", c'est à dire qui ressemble à monsieur tout le monde .... inculte et insipide.

    Cette connivence d'ignorance fait que l'artiste ignare trouve son public imbécile qui n'a pas, non plus, à faire l'effort de comprendre comment se fait une oeuvre d'art et a, ainsi, l'impression de participer à l'élaboration de l'art contemporain ....

    D’ailleurs, il y est souvent directement convié : dans ce tableau c'est ce que VOUS voyez qui compte !!!!

     

    Et comme la masse prétend toujours diriger l'ensemble, il n'y a aucun moyen de lui faire entendre raison ....

     

    Du coup, l'art, le vrai (comme la littérature, la musique, la sculpture ....) se retrouve confiné dans des lieux boudés par le grand public. Mais même souterrain, l'art n'est pas mort ... il n'a pas disparu .... il est invisible car non reconnu !

     

    Quelques îlots, parfois, trouvent un certain public, une clientèle, comme le trompe l'oeil, par exemple, qui est assez bien côté .... le public peut se l'approprier puisqu'il peut juger sur ce qu'il voit sans avoir à se soucier des techniques mises en oeuvre pour sa réalisation.

     

    On touche là à une autre tricherie de l'art contemporain qui cherche à détourner les critères de définition de l'art intrinsèque.

    L'art contemporain prétend se passer du jugement du public en le culpabilisant sur son incapacité à comprendre.

     

    Qu'est-ce que l'art si le public n'en veut pas ! ?

     

    Heureusement, il y a les petits copains bien placés dans les ministères qui détournent les fonds publics pour alimenter les artistes contemporains qui n'ont plus qu'a se laisser gaver, le cul sur leur chaise et les doigts dans le nez.

     

    Le plus drôle, c'est que c'est d'une absolue notoriété .... et que personne n'ose se dresser contre cette supercherie. La dénoncer, oui, mais la combattre ....  !

     

    L’art contemporain n’est pas en concurrence avec l’art, ce n’est qu’une parenthèse créée par les puissances de l’argent et de la bêtise ….

     

    Si le marché de l'art financé par les emplettes du grand public reste exsangue, il suffit, malgré tout à sa survie ... 

     

    Tel le chryséléphantin, il ne disparaîtra pas car il procède de l’éternel esthétisme.

  • Le mécénat, le mariage de la chèvre et du loup !!!!!

    Qu'est-ce qu'un mécène ?

     


     

    Au Moyen-Âge et jusqu'au vingtième siècle, les mécènes étaient des gens d'église, oui, enfin, des cardinaux, des évêques, des ch'sais pas quoi j'y connais que pouic en bondieuseries;  puis de riches marchands, des nobles, des rois .... toujours des personnes fortunées qui souhaitaient se voir en peinture bien mis de leur personne et le visage lisse et aimable.

     

    Aujourd'hui, les deux mécènes français sont Pinault et Arnaud qui rivalisent à celui qui aura la plus belle collection de croûtes hideuses mais coûteuses.

    Pinault, propriétaire désintéressé de Christies Londres acquiert également des œuvres de jeunes inconnus sans talent dont il propulse la côte aux cimes alapurnesques des valeurs sûres de la peinture au rouleau compresseur.

     

    Le dico nous dit :

     Personne fortunée qui, par goût des arts, aide les écrivains, les artistes. Þ bienfaiteur, protecteur. « Soyez mon Mécène ! Protégez les arts ! » (Flaubert).  

    à Par ext. Personne physique ou morale qui apporte un soutien matériel, sans contrepartie directe, à une œuvre ou à une personne pour l'exercice d'activités présentant un intérêt général.

     

    Comme tant d’autres concepts, le mécénat est galvaudé.

    Le goût des mécènes n’a jamais été celui des arts mais celui de leur personne ou de leur porte-monnaie car un type comme Pinault quand il achète un tableau pourave  à 100.000 commence par en faire un avoir fiscal sur l’ISF (au titre du mécénat), en France, et va le revendre 1 000 000 à Londres dans son magasin.

    Pinault mécène ?

    Oui, et moi, je suis prêtre à Djakarta !!!!

     

    Et notre bon président heureux en amour comme aux jeux en est un autre (mécène), en promettant à Gandranges d’aider les povs métallos à sauver leur savoir faire et leur gagne-pain, il rentre dans la catégorie des personnes physiques qui apportent un soutien matériel, sans contrepartie directe, à une personne pour l'exercice d'activités présentant un intérêt général, à nous de trouver la personne en question !

    Quant à la contrepartie …..  n’y a-t-il pas des élections qui approchent ????

    Not' bon président s’est encore mis le doigt dans l’œil !!!  les indiens n’élisent pas les maires  ….. alors pourquoi leur faire tant de beaux cadeaux ?

     

     

  • Caveyrac et la MDA ..... association de bienfaiteurs ??? .... improbable !

     

     

    95a67b9ee64ff667def3c9f5ecb873a6.jpg

     

    Bonjour les amis,

     

    J’ai reçu cet e-mail de monsieur Caveyrac :

    A tous les artistes,

    Nous préparons une importante opération visant à alerter les Pouvoirs Publics
    sur l'urgence de prendre des dispositions favorisant la relance du marché
    de l'art pour les artistes vivants.

    Nous avons pour cela besoin de votre concours :


    Un projet a été initié par la Maison des Artistes et relayé par la revue Artension
    dans le cadre d'une réunion préliminaire qui s'est tenue au Sénat début 2007.

    Des réunions importantes attendent Rémy Aron et les responsables de la
    Maison des Artistes dans les prochaines semaines pour défendre ce projet…….  La suite n’a rien d’intéressant !

    Nb : La MAD prétend réunir plus de 15000 adhérents

           La profession de foi de la MDA est là : http://www.artension.fr/projetmda.pdf

           Il y a 2 MDA : une association officielle chargée de collecter les charges sociales des artistes et une association loi 1901 sans aucune légitimité autre que d’être une association comme les autres.

     

    Les troupes du président (poils aux dents) Aron ne sont pas tous des 'artistes' .... il y a plus de 'gogos' que d'artistes ! car, justement, ils ont été recrutés fallacieusement, en les piégeant par le nom de l'assoc 'MDA' qui n'est pas l'organisme recommandé pour l'enregistrement des artistes à l'URSSAF !

     

    C'est justement, ce mic-mac qu'il entretient que je vilipende car je n'aime pas être grugé !

     

    J'ai discuté plus d'une heure avec monsieur Aron au téléphone il y a quelques mois ..... il en est ressorti que les artistes ne l'intéresse pas autant que la position d'hégémonie qu'il cherche à établir à son profit ! Il croit ou aimerait faire croire que son assoc est la seule qui compte.

    voyons, est-ce qu'une personne sincère et altruiste mélangerait les affaires de la MDA assoc avec les affaires de Caveyrac ? C’est un peu le mariage de la carpe et du bouc !

     

    Tu penses, Ys (*), que la défiscalisation favorisera les petits …. Moi je dis que ce n’est absolument pas certain ….. il se peut même que ce soit le contraire ! car si la défiscalisation s’applique sans discernement, ce sont, bien au contraire, les artistes les plus côtés qui en bénéficieront ….. lois du marché obligent !

     

    Je ne discute pas ses idées politiques, car je pense que tout un chacun doit avoir le droit de défendre avec force ses convictions, fussent-elles contraires aux miennes. Je trouve, d'ailleurs que cette attaque n'est pas à mettre au crédit de ceux qui la font.

     

    Par contre, Aron défend une idéologie artistique. Il préconise le retour à des valeurs que j'apprécie, le goût du dessin et du travail honnête. Mais je ne le suis pas lorsqu'il prétend ériger ces valeurs en valeurs uniques. Toutes les formes d'art sont respectables (si ça plaît ou si ça correspond à un besoin) et je lui ferai donc le même reproche qu'à ceux qui l'attaquent pour ses convictions politiques : tout le monde doit pouvoir défendre ses propres valeurs. Dans les adhérents à la MDA, combien d'abstraitistes ? il semble les rejeter (mais s'ils ne le savent pas, ils passent pour des couillons parce qu’ils paient une cotisation pour rien !).

     

    je dis, moi, qu'il y a beaucoup, beaucoup trop d'opacité dans tout ceci et que je n'aime pas ce qui n'est pas transparent car on sait que la première loi des filous c'est l'hypocrisie !

     

    bon ! je dis pas qu'Aron ou Caveyrac sont des filous, je dis qu'ils manquent de transparence dans leur démarche.

     

    bien ! je passe donc à la profession de foi de la MDA.

     

    Quand Bernheim dit :

    « il y a quelque chose de choquant à ce que le plus grand nombre des artistes soit exclu de la manne publique  sur des critères de choix esthétiques parfaitement surdéterminés par une sorte de doxa dominante. »

    Je suis d’accord avec lui. Mais quand tu sais que son objectif est de substituer à cette doxa une autre : la sienne, tu ne peux d’empêcher de penser : bonnet blanc et blanc bonnet !!!!!

     

     

    Aron, lui, ne manque pas de culot !

    « R.A. : Oui, le vrai enjeu, c’est bien la démocratisation, en partant de cette idée que c’est  toujours du libre jeu démocratique que naît la bonne reconnaissance des valeurs de toutes sortes, qu’elles soient humaines ou artistiques, et jamais des systèmes hégémoniques qui se  sont tous historiquement plantés en voulant imposer leurs critères d’évaluation. »

    Il prêche le ‘faites ce que je dis, pas ce que je fais !’

     

    Aron, toujours lui, proclame :

    « R.A. : Et bien, cette loi de défiscalisation va entraîner notamment – non pas par coercition,  mais par incitation – la diminution, voire la suppression du travail au noir. D’avantage  d’artistes vont se déclarer professionnellement et participer à la solidarité nationale et cela va faire rentrer de l’argent non seulement dans les caisses de la sécu mais aussi dans celles du  fisc. »

    Ah oui !!!!! Tiens donc ? mais c’est vraiment miraculeux !!!!! pourquoi personne n’y a-t-il pensé avant ? …. Au fait ! euh ! ça marche comment ? parce qu’affirmer de telles sornettes sans les démontrer, ça a un nom : démagogie !

     

    Enfin, monsieur Aron nous livre le fond du fond de sa pensée :

    « L’un des éléments important de notre réflexion est la prise en compte du chiffre noir du marché de l’Art que, par définition, nous ne connaissons pas, mais qui est certainement très  important. Certaines études ont évoqué le chiffre de cent mille artistes dans le domaine des arts  plastiques, si l’on met à part les graphistes, c’est trois à quatre fois plus que le nombre d’inscrits à la Maison des Artistes. Lorsque je parle de chiffre noir du marché je pense  notamment au chiffre généré par ce que les artistes appellent, «la concurrence déloyale des  mateurs», qui est une forme de travail au noir. L’introduction de mesures de défiscalisation  générera nécessairement une transparence qui contribuera à réduire considérablement ce  marché  parallèle et à produire des recettes qui échappent actuellement à la solidarité nationale. De  même  que les procédures d’agrément, liées à la défiscalisation, permettront de consolider la situation des galeries qui, à côté des nouveaux moyens de commercialisation, continuent de faire un  travail essentiel pour de nombreux artistes. C’est aussi un moyen de reconsidérer la relation artiste-galerie. »

    Aron se fait des idées !

    Il pense que les amateurs représentent un marché plus important que les professionnels, mais il se goure gravement et je le lui avais expliqué en long en large et en travers au téléphone, mais il est tenu par Bernheim dont c’est le combat de sa vie !

    Ces braves gens pensent qu’en bloquant les amateurs, ils en feront des professionnels et que ceux-ci paieront des cotisations à leur association et à la sécu …. Mais c’est du délire à l’état pur et ils le savent et continuent de tenir ce discours d’un autre âge mais qui peut …. à terme …. tuer toutes formes d’expression artistique en France car si on tue les amateurs ….. on tue le vivier de talents !

    Existe-t-il un seul artiste qui soit devenu professionnel du jour au lendemain ? même ceux qui sortent des écoles ont besoin d’un certain temps avant de se sentir bien dans leur métier ! on leur donne des bourses pour qu’ils puissent survivre.

     

    Si Van Gogh revenait sur terre, il se verrait contraint de payer des cotisations pour avoir le droit d’exerce son art ! Car c’est l’objectif réel du duo en question : interdire toute forme d’art qui n’est pas officiellement reconnue par la MDA !!!!!!  alors, quand on parle d’hégémonie, on peut dire qu’ils en connaissent un rayon en la matière !!!!

     

    Et pourquoi ne pas interdire, pendant qu'on y est, le droit de chanter dans la rue ou chez soi sans être inscrit à la SACEM ?

     

    le droit de lire ou d'écrire sans être inscrit à l'agessa ....ou l’adepa ... ou …. Je n’sais quoi ?????????

    Oui, la mode est à l'interdiction !

    Interdit de boire, de fumer, de dire des gros mots, de cracher sur la tête de son voisin .....

     

    Quoi ? cent misérables euros de vente de tableaux par des amateurs mettraient en cause l’équilibre des retraites des artistes ??????  Comment peut-on dire pareille ânerie !!!!!!

     

    Par contre,  cette jeune artiste qui sent qu’elle a quelque chose à donner devrait se résigner à faire des ménages parce qu’elle n’aurait aucun droit à exposer ses toiles tant qu’elles ne sont pas officialisées par la MDA assoc !!!!!!!!!!!!!!!!

     

    Et ne parlons pas des tags ! encore que ….. si on ne donne aucun moyen à l’artiste de s’exprimer, il lui reste les murs des cités ! C’est marrant, ça,  mais Bernheim et Aron n’en parle jamais de ceux là , de ces exclus au droit de peindre ! pourtant, eux, ils coûtent des milliers de fois plus cher à la collectivité que les quelques artistes qui vendent une toile par an sans être déclarés !!!! nettoyer les murs d’une ville revient à des centaine de milliers d’euros ….. il suffirait de mettre des panneaux à la disposition de ces artistes pour économiser de quoi alimenter le fisc ! mais ! attention, les tags, ça ne correspond pas aux choix artistiques de la MDA assoc !

     

     

    Plus loin, Artension pose la question choc :

    « Ar. : Et les artistes, les galeristes, y croient- ils ? Vont- ils se mobiliser pour obtenir cette loi ? »

    Là, c’est le comble du comble. Je ne sais pas si des galeristes lisent les messages, mais je leur pose la question : « souhaitez-vous que l’état se mêle de votre gestion ? »

    Les galeristes sont des commerçants qui gagnent très bien leur vie (ou disparaissent – lois du marché).

    Le commerce, c’est la libre concurrence prônée par le gouvernement …. Alors pitié, laissez les galeries faire leur business et les moutons n’auront pas de caries !!!!!

    Le galeriste choisit ses artistes. S’il choisit un artiste qui ne se vend pas, ce n’est pas 1500 euros de défiscalisation qui le feront vendre !

    Par contre, effectivement, si cet artiste se vend bien, l’amateur d’art comme le nomme Aron et Bernheim, sera très heureux d’économiser 1500 euros dont il n’a aucun besoin puisqu’il est plein aux as !!!!!!!

    Ou alors, il faut faire un tri dans les artistes qui peuvent bénéficier de la défiscalisation et de ceux qui ne le peuvent pas, n’y ont pas droit ……….   AH ! mais voilà une idée qu’elle est bonne …… et si on demandait à la MDA assoc de faire ce choix ? là, au moins, l’hégémonie ne serait pas un vain mot …… allez, petits, venez ramper aux pieds de monsieur Aron si vous voulez bénéficier de la défiscalisation et n’oubliez pas de cotiser et de payer les services de ce bon monsieur Caveyrac !!!!!!!

     

     

    Et alors ….. la réponse du sieur Aron :

    « R.A. : J’en suis sûr. Il y va de leur survie, de leur retour à une juste place dans la société, du  respect qu’on leur doit, de la fin de cette commisération générale dont ils sont l’objet. d’être actifs, responsables, et de sortir enfin de leur situation de précarité assistée. »

    Oh ! oui, j’espère que des galeristes nous lisent et qu’ils vont nous confirmer la commisération dont ils sont l’objet, les pauvres ! et il en va de leur survie ……  nous avons trop perdu de temps …. Vite, les masques à gaz, et les pépettes sonores et trébuchantes !!!!!!!!

    Comme ils doivent être honteux de leur condition de précarité assistée !!!!!

    Mais il pense à qui, monsieur Aron ????????? Connaît-il un seul galeriste ? Sinon, faut que je lui donne quelques adresses ….. ça pourrait chambouler son jugement !!!!!  D’ailleurs, idem pour les artistes amateurs !

     

     

     

     

     

    Conclusion :

    L’art, pour ces messieurs Bernheim et Aron, n’est qu’un prétexte. Ce qui est visé directement, ce sont les fonds publics, c’est rafler la mise et s’en mettre plein les poches ! 

     

    Bien sûr qu’il faut développer l’intérêt du grand public pour les arts, mais cela commence par l’école, puis par une information juste et complète.

     

    Je suis un assidu de l’émission d’art d’art.

    Mais quand j’entends les conneries que j’entends sur les tableaux et les artistes présentés …. Mes poils se hérissent sur mes ongles !

    Il y a tant de snobisme dans ces propos. Il ferait mieux d’abandonner un peu les artistes disparus et présenter les artistes vivants.

     

    D’ailleurs, une émission totalement dédiée aux peintres et sculpteurs manque à la télé ! on a bien des concerts de musique classique, des pièces de théâtre, quelques rares opérettes et opéra, beaucoup de cinéma (surtout américain), des émissions du type ‘radio crochet’ (star ac etc ….) mais rien, rien de rien sur la peinture et la sculpture (si je fais fi de d’art d’art qui ne parle que des morts).

    Il faudrait également instaurer la possibilité pour les amateurs désireux de devenir professionnels des moyens de communications avec les pros pour qu’ils puissent bénéficier de leurs conseils.

    Ce forum ( http://www.ateliermagique.com/ ) et d’autres sont très profitables de ce point de vue, mais il manque le contact et la démonstration.

    Il conviendrait d’encourager par tous les moyens les expositions d’amateurs qui sont le meilleur moyen d’attirer le grand public vers l’art car lorsque une mémé ou un pépé expose, il fait venir toute sa famille et ça s’appelle l’émulation.

    Les quelques ventes de quelques dizaines d’euros de ces manifestations n’ont rien à voir avec le marché de l’art et il faut absolument abandonner cette idée nuisante et malfaisante qui n’apporte rien à personne.

     

    Il faut canaliser les énergies dans le bon sens.

     

    La défiscalisation est un leurre, une vessie vide de sens.

     

    Il faut montrer le travail des artistes, et les laisser s’exprimer tant qu’ils sont vivants sur leur art et leur philosophie, leur donner les moyen de convaincre le grand public de l’intérêt qu’il y a à avoir des artistes indépendants et autonomes financièrement  et qui expriment visuellement des concepts idéologiques qui touchent les hommes aux tréfonds de leurs âmes et les empêchent de sombrer dans la manipulation de la propagande et de la publicité.

     

    Les artistes sont les garants du libre arbitre de l’homme.

     

     

    N'oublions jamais que les associations sont faites pour aider l'individu à faire face aux problèmes qu'il rencontre et à s'épanouir personnellement.

     

    Les associations ne sont pas faites pour se substituer à lui dans ses devoirs et ses droits ! il est urgent de revoir le fonctionnement des associations qui se conduisent comme les partis politiques : sans respect des droits de l'individu.

     

    (*) Ys est un excellent artiste côté.