18/09/2014

Hallucinantes hallucinations et visions hallucinatoires …. Valérie à poils de martre !

Deux incroyables reportages entraperçus hier soir au JT.

Une milliardaire Italienne s’est mis en tête de sauver les naufragés migrants de méditerrannée.

C’est bien pour sa pub, mais ensuite, qui nourrira, hébergera, paiera, soignera ces rescapés ?

Certainement pas cette milliardaire !

 

Le second nous montrait Hollande et Valls dans les salles dorées du palais de l’Élysée se gobergeant comme roi et prince dégustant du bout des doigts un expresso sur le perron face au parc arboré du palais.

Des images d’un autre temps, des images confortant l’immense dédain que ces minable farauds portent au peuple #illettré et #sansdents.

 

 


17/09/2014

La rentrée inculturelle télévisuelle aura-t-elle raison de notre inculture ? Mergault à poils de chameau !

En cette rentrée 2014, après les reprises (de chaussettes) des émissions incultes de Patric c’est bastia et les JT dépliants touristiques, on sent un sang neuf dans l'émission inculte du démiurge noctambule quoique non nyctalope Roux Pieds, des invités surprenants et inhabituels à ses côtés,  des croqueniqueurs plein d'allants, de mordants (car ils ont les dents longues, eux, pas comme ces piètres "#sansdents" pitoyables et fauchés!).

Bref, un renouveau qui fait chaud aux doigts d'pieds et qui permet d'aller se coucher beaucoup plus tôt que d'habitude ... Rien que du "good" !

La nouvelle croqueniqueuse, elle est charmante, vous ne trouvez pas ? Elle est si intelligente et cultivée, comment peut-elle savoir autant de jolies choses tout en restant si jeune ? le maquillage ? les produits de beauté ? un masque au concombre tous les matins ?

On n'en saura pas plus .... il faut bien conserver une part de mystère à cette émission "grunchy" !

Mergault égale à elle même ! Comment pourrait-il en être et le néant ?

Roux Pieds lui a écrit une nouvelle pièce en collaboration avec la vieille bigote ... euh .... Sarraute et le vieux bouc ... euh ... Ah ... je l'ai sur le bout de la bite d'amarrage ... Ben ... Ben ... Ah merde ! Ah oui ! Bénchouchou. En plus, le psy Mille airs a mis son grain de poivre dans l'bitounio à gripper l'bouzin et ça va nous donner un texte et pissé à souhaits !

Roux Pieds sait s’entourer ! Mille airs, Sarraute, Bénchouchou, Mégault, Bédosse … avec tous ces enfants d’Abraham, on aurait mauvaise presse de rechigner, on se sentirait en pâle estime de nous mêmes, occupés à critiquer l’incritiquable !

Ah non ! j'vous jure, cette bande là (enfin ... quand ça peut) … toute la culture de la France réunie dans quelques têtes (de bi… oups … pardon ! … de noeuds) ! Nous devons nous réjouir de pouvoir profiter de ces immenses ingénies qui nous incultent tout leur insavoir avec tant de généropilosité !

 

 

Allez ! c’est pas que j’m’ennuie, mais j’ai tout Au Frais à relire pour entretenir ma paranoïa qui a tendance à s’avachir après cinq minutes de Roux Pieds !

 

51ZFZ0gRhwL._AA278_PIkin4,BottomRight,-51,22_AA300_SH20_OU08_.jpg

08/08/2014

Retour vers le futur ... ou ... comment la haute finance place ses pions l'air de rien petit à petit ...

Je reviens sur le passé qui explique un peu de notre avenir ...

 

Le Traité Transtlantique (TAFTA) est une opération sournoise dont on ne connaît pas encore tous les aboutissements futurs mais qu'on réalise mieux en se tournant vers le passé !

 

 

19/10/2010

Braves gens, résignez-vous, les banques sont plus fortes que nous tous réunis … la preuve !

  

Source : NetIris

Adoption définitive du projet de loi de régulation bancaire et financière

 

L'AMF disposera désormais d'un pouvoir de transaction. Toutefois, la procédure de transaction est exclue dans les cas les plus graves (tels que les abus de marché et la diffusion d'une fausse information lors d'une offre au public de titres financiers), et elle ne concerne pas les infrastructures de marché. Les décisions liées à la composition administrative peuvent être portées devant le juge judiciaire selon les voies de recours normales.

  

Quand on vous le dit :

Sans justice, pas d’injustice !

Les banques échappent à la justice ordinaire et tout comme Chirac en son temps, peuvent faire négoce de leurs responsabilités payées par le  stupide contribuable.

 

N.B. : avec le recul : 2014, on s’aperçoit que cette loi prépare le terrain du Traité Transatlantique (TAFTA) qui prévoit la possibilité d’échapper aux juridictions nationales pour les trusts. Voir également disposition sur les « trusts » : Objectif et intérêt de la fiducie 

 

Au jour le jour, les manœuvres nous échappent mais dans le temps on finit par les comprendre.

 

 

En passant et sans transition ... vous regardez les infos à la télé ?

La famille Duraton passe de bonnes vacances en canoé cayak, mme Dugenou s'est fait une entorse à l'anus et le père Dupanloup va de la voile et de la vapeur ...  on croit rêver !

29/07/2014

Elections européennes ... la grande, la très grande peine !

Rappelez-vous 2009 !

 

 

 

Nombre

% Inscrits

% Votants

Inscrits

44 282 823

 

 

Abstentions

26 290 662

59,37

 

Votants

17 992 161

40,63

 

Blancs ou nuls

773 547

1,75

4,30

Exprimés

17 218 614

38,88

95,70

 

 

Et voici 2014 :

http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Euro...

 

 

23 mai 2014

Nombre

% Inscrits

% Votants

Inscrits

46 544 712

   

Abstentions

26 796 819

57,57

 

Votants

19 747 893

42,43

 

Blancs

546 601

1,17

2,77

Nuls

245 531

0,53

1,24

Exprimés

18 955 761

40,73

95,99

27/07/2014

Mais qui veut la mort du « Programme du Conseil national de la Résistance » ? (souvent abrégé en Programme du CNR)

 

 

Dans un article du Canard Enchaîné du 16 juillet 2014, sous la plume de Jean-Luc Porquet, un article intitulé : «  San Antonio se serre la ceinture  » se termine par la conclusion suivant :

« Une fois liquidé le régime qui permet aux intermittents de bénéficier de la solidarité, il sera facile de passer aux autres ( ?). Comme le revendiquait franchement en 2007, un des idéologues du MEDEF, Denis Kessler, ‘Il s’agit de défaire méthodiquement le programme du Cnseil National de la Résistance », qui après guerre a instauré, entre autres, la retraite par répartition et la Sécu …’

A remplacer, évidemment par les fonds de pensions et les mutuelles privées.

Patience, ça viendra … »    

 

Mais …. Que contient ce programme du CNR ?

Sources :

wikipedia

Wikisource

Comité Valmy

Rien ne vous empêche d’en chercher d’autres …

 

Voici les points qui me semblent essentiels à la cohésion et à la force de la Nation Républicaine et Laïque  et le statut actuel de ces points :

 

·        26 août et 30 septembre 1944 organisation de la presse, interdiction des concentrations39 ;

À noter qu’en 44 il n’y avait pas la télé. Dassault, Hersant, Arnault, Bouygues … la presse et la télé sont entre les mains de groupes financiers qui manipulent l’opinion publique.

 

·        13 décembre 1944, institution des Houillères du Nord-Pas-de-Calais ;

Arcilor, Snecma, Sagem, Altom, Alcatel, Rhone Poulenc… etc … Les grands groupes industriels se délitent les uns après les autres s’expatriant vers des pays à la main d’œuvre bon marché et aux conditions fiscales plus avantageuses. Rien n’é été fait par les gouvernements successifs pour les retenir. La nationalisation n’a pas été appliquée sous le motif de la crainte de voir les capitaux s’enfuir … il fallait les laisser fuir et garder les industries. C’est trop tard.

Certains conseillés lobbyistes ont conseillé aux gouvernants de miser sur des technologies nouvelles et le tourisme et d’abandonner les laborieuses industries et leurs brevets à des pays moins évolués. Malheur ! il fallait les fondations pour construire de nouveaux édifices … la technologie nous échappe … nous sommes démunis et de plus en plus à la merci de Nations guerrières hégémoniques.

Cet abandon de nos outils de production a entraîné le chômage de masse et la chute vertigineuse de nos exportations, nous rendant encore plus fragile et vulnérable.

Le tourisme fait travailler de la main d’œuvre étrangère de bas niveau et ne remplacera jamais les emplois industriels.

Les directives européennes du type Bolkestein ont permis à des entreprises de pays européens sous évolués sur le plan social de venir voler les chantiers au nez et à la barbe des entreprises françaises du bâtiment astreintes à des charges sociales bien plus lourdes.

L’europe refusant systématiquement l’unification des règles sociales et fiscales mais imposant la libre circulation des biens, des personnes et des entreprises crée un déséquilibre qui entraîne tout le monde vers le bas.

Pis encore, les traités en cours de signature vont détruire la juridiction française pour la remplacer par des sociétés privées de conciliation / négociation qui passeront au dessus des Nations pour le règlement des litiges de droit commercial et social. C’est l’établissement de la charia et de la torah avant l’heure. Tous les conflits feront l’objet, entre les sociétés, de règlement financiers qui débouteront systématiquement les salariés en les spoliant de leurs droits. L’avenir de l’être humain est engagé dans une ère d’esclavagisme, d’un retour au XVIIIème siècle.

 

·        18 décembre 1944, contrôle de l'État sur la ,marine marchande ;

Il ne reste rien de ce contrôle excepté les coûts considérables engendrés par la surveillance des eaux territoriales et des navires marchands qui dégazent près de nos côtes ou naviguent sous pavillon de complaisance en se foutant des normes de sécurité et anti-pollution. Mais de moins en moins de contrôles sont effectués en amont.

À noter que le CNR ne parle pas de la pêche que le parlement européen et la commission des lobbyistes ont rendue exsangue en multipliant les interdictions et les quotas qui pour certains sont positifs et pour d’autres anticoncurrentiels dans la mesure où il n’y a pas réciprocité.

 

·        30 décembre 1944, relèvement des cotisations de la sécurité sociale30 ;

Ça … pour augmenter, ça augmente … mais les prestations, elles, ne cessent d’être rognées afin de financer les rémunérations exorbitantes des pontes de la médecine et l’industrie pharmaceutique particulièrement gourmande. À noter que l’indsutrie pharmaceutique a entamé sa conversion et sa délocalisation, elle aussi, vers des lieux plus propices à des marges supérieures pour des prestations inférieures et des contrôles moins tatillons sur la composition des médocs !

 

·        16 janvier 1945, nationalisation des Usines Renault avec confiscation des biens de Louis Renault ;

Que reste-t-il de nos usines Renault Citroën et PSA ? Nous sommes en phase d’anglicisation. L’Angleterre a laissé mourir son industrie automobile alors que les États-Unis ont relancé avec succès les marques comme Ford et Chrysler … Nous, nous laissons nos industriels se délocaliser en Chine où le potentiel commercial est dix fois supérieur à celui de la France, les chinois exigeant que pour s’implanter chez eux, les industriels leur abandonnent leurs brevets. Nous perdons et nos industries (emplois et chiffres d’affaires) et nos savoirs faire.

Mais ces industries n’auraient jamais existées sans le programme du Conseil de la Résistance, c’est-à-dire sans la France. Cette trahison illustre parfaitement la réalité désastreuse de la politique aveugle qui nous conduit vers la ruine : L’ensemble des citoyens paient et nos gouvernants revendent aux potentats le bien commun pour une bouchée de pain. Ainsi s’enrichissent les riches et sont appauvris les pauvres.  

 

·        22 février 1945, institution des comités d'entreprise ;

Le parlement et la commission européenne sont à l’œuvre pour revenir sur cet autre acquis.

Il faut dire que le MEDEF à commencer par noyauter et corrompre les syndicats par l’argent. Les permanents et les représentants syndicaux ne demandaient que ça : se faire arroser pour, en échange, temporiser et étouffer les mouvements sociaux.

La CGT toute puissante a réussi à imposer le silence sur ses financements occultes et les détournements financiers de son appareil. Pour combien de temps ?

En attendant, les syndicats sont à la merci du patronat et du gouvernement, ils ne fonctionnent que grâce aux subventions, les adhérents ayant fui le navire.

À l’EDF, par exemple, qui n’a pas sa carte n’a pas droit aux avantages liés au CE. À la main mise des patrons s’est substitué le dictat du syndicat ! C’est la foire d’empoigne, le chantage et le racket !

Et le MEDEF se marre !

 

·        29 mai 1945, transfert à l'État des actions de la société Gnome et Rhône ;

·        Ce qui allait devenir la SNECMA et qui allait être bradé aux américains pour devenir AIRCEL puis SAFRAN … Times are changing, nos sauveurs pensent d’abord à se sauver eux-mêmes !

 

·        26 juin 1945, transfert à l'État des actions des compagnies Air France et Air Bleu ;

On sait tous qu’Air France est régulièrement renfloué par l’Etat et que toute privatisation entraînerait la faillite de la compagnie et sa renaissance sous forme de low cost.

 

 

·        4 octobre 1945, ordonnance de base de la Sécurité sociale ;

Bon ! Ce serait trop long de tout dire mais il est certain que la Sécu sert surtout à enrichir les laboratoires pharmaceutiques. Les récents scandales (qui n’ont jamais cessés) en particulier concernant les laboratoires Servier dont le PDG fut un ami personnel de François Mitterrand démontre comment les laboratoires interviennent auprès des autorités médicales ou les noyautent pour obtenir tout un tas de dérogations et d’avantages leur permettant de vivre très grassement sur la bête !

La Sécu nous coûte de plus en plus cher et rembourse de moins en moins. Par contre, elle est gratuite pour les étrangers qui ne manquent pas de venir se faire soigner gratos dans nos hôpitaux privés qui ferment les uns après les autres.

Là encore, l’idée est plus que jamais la privatisation et l’isolement des malades face aux cliniques privées.

Il faut pourtant rappeler qu’avant la Sécu, les médecins étaient en nombre très insuffisants, mal formés et pour certains très mal payés … c’est la Sécu et la solidarité qui a permis à la médecine de se développer. Si, demain, les médecins et les chirurgiens n’ont plus que les riches à soigner, ils déchanteront vite face à la pénurie de clientèle. On reviendra au début du XXème siècle !

 

·        17 octobre 1945, statut du fermage et du métayage.

Tout cela a été depuis longtemps balayé par la commission européenne et la PAC (Politique Agricole Commune).

Les statuts de fermage et de métayage existent toujours, mais ils ne représentent plus qu’une portion congrue de notre monde agricole et tendent à disparaître.

J’ai eu l’occasion de développer un logiciel de gestion de métayage et de fermage pour le compte d’Olivetti en 1990, c’était très laborieux pour l’imposer aux gestionnaires habitués à leurs méthodes ancestrales !

 

·        21 février 1946, rétablissement de la loi des quarante heures ;

Mêmes levées de boucliers et combat du MEDEF contre cette loi issue de l’occupation et qui grevait les bénéfices des actionnaires que le combat mené aujourd’hui par les mêmes contre les 35h.

Conséquence directe de la crise savamment organisée par les lobbyistes, le MEDEF assène sa liturgie capitaliste et affirme avec péremption que  la France a besoin d’une réindustrialisassions passant par l’abandon des 35h et l’assouplissement des règles sociales et fiscales afin de s’aligner sur la concurrence internationale. Ces arguties ne visent qu’à une chose, enfoncer le pal encore plus profond, jusqu’à ce que la faillite soit irréversible. Le président du gouvernement social libéral donne donc quitus au MEDEF et lui accorde cinquante milliards qui feront le plus grand plaisir aux actionnaires.

 

 

·        28 mars 1946, vote de la loi sur la nationalisation de l'électricité et du gaz ;

Ça, c’est un très gros gâteau qui a été en grande partie abandonné au privé comme plus tard les autoroutes don la construction fut payée par nos impôts et les bénéfices livrés aux sociétés privées.

 

·        24 avril 1946, nationalisation des grandes compagnies d'assurances ;

Maintenant, on a des sociétés privées qui font la loi et se consultent pour pratiquer une farouche anti concurrence leur permettant d’imposer des tarifs exorbitants et injustifiés ! Rémunération du capital oblige, alors qu’à l’origine, tout a été payé par nos impôts !

 

·        25 avril, extension du nombre et des attributions des comités d'entreprises ;

Voir ci-dessus.

 

·        26 avril 1946, généralisation de la Sécurité sociale incluant la Retraite des vieux.

AH !!!!!! La retraite … je vous renvoie vers ma chronique du 1er février 2010 : « Histoire de retraite »

Il est certain que les centaines de milliards que gèrent les caisses de retraite par répartition intéressent au plus haut point les fonds de pension américain qui travaillent inlassablement dans l’ombre aux moyens petits ou grands de mettre main basse sur ce pactole !

Comme dit Jean-Luc Porquet :

 

 « Patience, ça viendra … »   

24/07/2014

Dans la série la vie des bêtes, les fourmis … à poils, à fourrures ou tout nu !

 

Avez-vous jamais observé les fourmis ?

Ces petits insectes sont merveilleux.

Ils communiquent par des antennes qu’ils ont sur leur tête et par des phéromones qu’ils lâchent par le cul.

Ils circulent en bandes mais parfois on peut voir un éclaireur cherchant une source de nourriture susceptible de plaire au plus grand nombre.

Si un de ces prospecteurs découvre un filon, il revient vers la fourmilière en laissant des traces derrières lui pour retrouver son chemin (ils ont dû lire Perrault) … et indique aux copains et aux copines les caractéristiques exactes du trésor en poids, dimensions, qualités nutritionnelles, volume … etc …

Le chef d’équipe détermine, à partir de ces données le nombre d’ouvrières (les femelles sont plus courageuses que les mâles) qu’il faut dépêcher sur place et la colonne se met en branle.

Parfois, les butins sont convoités par plusieurs tribus ce qui engendrent nécessairement des guerres tribales faisant intervenir des guerriers redoutables avec leurs grosses pinces devant leur bouche. Il y a des morts mais, chose surprenante, aucun cadavre ne sera abandonné sur place, tous les corps seront ramenés à la fourmilière pour être recyclés. La fourmi, c’est bien connu depuis qu’un entomologiste du nom de La Fontaine l’a découvert est économe. Elle est même plus que ça, elle ne laisse rien se perdre.

La fourmi passe une grande partie de son temps dans des galeries qu’elle creuse à même le sol, sans étais, sans piliers. C’est là qu’elle se repose mais sans jamais dormir au cas où l’ennemi viendrait à attaquer et c’est là qu’elle engrange les provisions issues de ses rapines et qui sont convoitées par les tribus ennemis. On parle volontiers de guerres tribales.

C’est assez incompréhensible pour nous les humains que des espèces identiques en tous points puissent se livrer des guerres fratricides pour quelques lambeaux de galeries !

 

 

Mais que voulez-vous, nous vivons une humanité de merde !

BtT1oerIcAAUJgj.jpg

 

 

23/07/2014

La vie de nos amies les bêtes enrichi notre conscience et notre intelligence. À poil à plumes et en écailles.

J’aime bien les documentaires animaliers, ils sont toujours pleins d’enseignements.

Tenez, les poissons chats, par exemple, ces hideux animaux qui vivent aux fonds des eaux opaques et se nourrissent de vermines, de cadavres en décomposition laissés par les crocodiles délicats qui ne consomment pas la chair trop putride.

Ces poissons là vivent et se développent sans trop de désagréments tant que les eaux sont hautes à la saison des pluies.

Ils parcourent les fonds, leur bouche suceuse fouissant la vase, les moustaches en bataille, tactiles et graciles, détectant à tâtons les mets qu’ils affectionnent.

Ils grossissent, font de la graisse et fraient  puis pondent dans la vase qui bientôt redeviendra terre sèche et craquelée.  

Les œufs résisteront jusqu’aux prochaines pluies.

Mais en attendant, voilà nos poissons chats, poussés par la sécheresse et le tarissement, entassés pêle-mêle dans un trou d’eau qui s’évapore un peu plus chaque jour.

Si on voulait faire un bon mot, on dirait qu’ils s’entassent comme des sardines.

Mais pour eux ce n’est pas drôle.

Frétillants comme des brèles pour se faire de la place ils deviennent des proies faciles pour tous les prédateurs qui s’en repaissent.

Les crocodiles et les horribles  marabouts (d’ficelle) les dévorent sans cérémonies et quand ils sont repus et qu’il n’y a plus d’eau, les poissons desséchés forment une masse noire qui nourrira la terre en azote et minéraux.

C’est pas marrant la vie du poisson chat.

Être entassés, les uns par-dessus les autres, sans échappatoires, sans autre lieu où aller et se retrouver à la merci des prédateurs sans pitié, voilà la vie affreuse des poissons chats hideux.

 

OOOOOOHHHH ne voyez là aucune métaphore illustrant un comportement quelconque humain … non, les hommes ne mangent pas de ce pain là ! Les hommes sont, certes cruels, mais jamais ils ne massacreraient leurs prochains entassés dans la nasse comme des sardines.

 

22/07/2014

aleikoum salam ... Shalom ... ave Maria ... Are Krishna ... t'as pas vu mon slip ?

aleikoum salam Ô Allah M'atoula !

Que la paix, le bonheur, la joie et les rires couvrent les bruits intolérables de la guerre et les cris des blessés et que tous les hommes de bonne volonté s'enculent dans la bonne humeur et le sang chaud coagulant sur la terre sainte de mes couilles !

 

Les dieux exigent des morts ... si  les hommes ne croyaient pas en cette hypocrisie fallacieuse, vicieuse et fabriquée par d'autres hommes, ils se réveilleraient et comprendraient qu'ils s’entre-tuent pour du vent, des chimères et des utopies sans consistance ni raison d'être.

 

Ou bien qu'ils s'entre-tuent pour se voler mutuellement les hardes qu'ils s'envient réciproquement.

 

Mais assumer sa propre connerie, la misère crasse de la condition humaine est au dessus des forces du plus grand nombre qui réclame de la foi pour supporter sa vie de merde.

 

Pauvre humanité. 

 

Sans roi, sans dieu, regarde ce que tu es vraiment ... un peu de chair et d'os avec dans ton crâne minuscule quelques grammes de conscience qui te rendent ta condition miséreuse insupportable ou tes richesses terrestres ingérables.

 

Le pauvre s'apitoie sur lui-même et le riche ne supporte pas d'entendre geindre le pauvre.

 

Humanité de merde.

 


17/07/2014

Yfig - Le fantôme du château de hurle aux loups. Comédie burlesque.

Pièces en 3 actes de 3 scènes chacun.

Durée 1h30

4 h

4 f

Voix off et fantôme

5 personnages simultanément sur scène.

 

Le héros de cette comédie burlesque est un fantôme qu’on ne voit presque pas mais que, singulièrement, on entend.

Ce fantôme erre dans les arcanes du château de hurle aux loups, semant une terreur effrayante parmi les visiteurs non avertis.

Refusant obstinément de porter son suaire (drap) il finit par s’enrhumer … ATCHOUM !

Le médecin appelé au chevet du fantôme renonce et prévient le curé qui vient pour l’extrême onction et l’exorcisme …

Ayant lamentablement échoué, ils préviendront, en désespoir de cause, la police qui délègue son plus fin limier sur les lieux : l’inspecteur chef  DVDP (David Van den Prout).

Toutes ces âmes bien intentionnées contrecarrent en fait les projets d’un  gîte hanté de la duchesse veuve et propriétaire du château.

 

Rassurez-vous … tout finit bien ! Et les rires sont garantis du début jusqu’à la fin !

10/07/2014

Monsieur iPidi dit que les psys sont des diables qui entrent par les fenêtres ….

 

Mais par où diantre ressortent-ils ?

 

En l’occurrence, ma dernière pièce de théâtre (dernière scène du dernier acte à écrire) ... a pour héros un fantôme.

Bien entendu, on ne le voit pas .... ne soyez pas stupides !

Mais .... chose plus que surprenante .... on l'entend ....

Ah! la magie du théâtre ... on ne dira jamais assez tout le bien que procurent les artistes se démenant comme des diables pour retenir le public sur son siège ....

Paraît qu'à Avignon les gens sont debout et peuvent voir 36 spectacles en même temps ... ça doit être pour ça qu'ils n'en retiennent aucun !

De toute façon les intermittents jamais contents font une grève perlée comme mes pets (vous avez remarqué que je parle beaucoup de pets en ce moment ?) ... du coup ... les spectacles sont en dents de scie (si vous trouvez le rapport entre les pets et la scie, je vous offre le voyage de votre vie ... 1 nuit à Gaza).

 

Je crois qu’iPidi a un petit coup de fatigue …. Il confond les psys et les rayons du soleil … si rares !

Hier, prenant mon courage à deux mains et de l’autre le volant, nous sommes allés nous faire piquer.

Oui, c’est une pratique courante dans nos sociétés évoluées … nous allons régulièrement chez des gens mal famés qui pratiquent la ponction sanguine à des fins peu avouables de détection de maladies graves dont on meurt mais qui leur permet de s’en mettre plein les fouilles (du fric, pas du sang) ! *

*cet intermède est destiné aux générations futures qui liront mes chroniques comme on boit un bon vin ou un excellent whisky (Ah ! les mots !) et qui n’en croiront pas leurs antennes lectrices quand ils apprendront les méthodes barbares avec lesquelles nous sommes traités aujourd’hui.   Faudra que je vous parle de mes visions du futur … mais on a le temps …

 

Donc, nous voilà à faire la queue comme à la supérette pour nous faire sucer la vie.

Après une interminable attente … incroyable le nombre de personnes qui se font traire le sang … c’est enfin mon tour.

Je demande à l’infirmière si je dois me mettre à poil ?

Elle me répond que je peux me contenter de retrousser ma manche.

Je lui fais la gueule !

Elle me fait une clé au bras gauche, me met un truc qui me serre les biscoteaux et commence à me frapper le creux du bras sauvagement en m’excitant ainsi :

« Ne rentrez pas vos veines … serrez le poing … plus fort … »

Moi, je ne vois rien car je suis déjà à demi-inconscient la tête tournée vers le mur du fond …

« Aïe ! »  et je fais un bond olympique !

La salope !

 Elle vient de m’enfoncer une pointe de 120 dans le creux du bras et elle m’engueule :

« AH ! C’est malin ! vous avez bougé, je vous ai raté, faut que je recommence … »

En mon for intérieur, je me dis qu’elle est gonflée de m’attribuer tous les torts … mais comme nous ne sommes pas mariés ….

« Bon ! tournez-vous donnez-moi l’autre bras ! »

Je m’exécute docilement avec ce sentiment de culpabilité qu’ont les êtres charitables.

Je peux admirer l’autre mur du fond.

Je me motive en me disant que plus vite ce sera fait, plus vite ….. ce sera fini ! Je serre le poing, les dents, les fesses et tout l’restant !

Elle recommence son manège, me frappe vigoureusement le creux du bras, me frotte énergiquement avec un coton dégoulinant de formol (ou de je ne sais quoi) … et …

« Aïe » hurle-je dans ma tête ! Mais je n’ai pas bougé ! elle ne pourra pas m’inculper !

(je fais un court aparté … vous êtes au courant pour la clique de l’UMP ?  Vraiment abjectes ces gens là !)

 Elle ne dit rien, preuve que je suis innocent.

Mais par contre … elle pousse sur l’aiguille pour la faire rentrer …. Ouille ouille ouille …

Et puis paf …. La seringue ressort …. Elle la re-rentre aussitôt …. Mais elle rechigne tant et si bien qu'elle finit par se retirer définitivement (l'aiguille).

Vampirella va !

Elle enlève l’élastique de mon bras, pas de sa culotte et entame des recherches approfondies de veines sur mon bras endolori.

Elle semble avoir trouvé quelque chose … élastique …. Coton dégoulinant … claques sur mon bras … et

« Aïe »

La guêpe (mais pas la taille … je veux pas être méchant, mais elle n’a pas que les os sur la peau … euh … c’est bien comme ça qu’on dit, non ?)

« Bon ! ça ne va pas du tout, on va essayer avec l’autre bras. »

Ma parole, elle me prend pour une poupée vaudou !

Si ça continue elle va finir par me demander de me foutre à poil …. Comme si on n’avait pas pu commencer par ça !

« Vous comprenez, vous êtes trop tendu, il faut vous détendre, respirez et tout ira bien ! »

Elle me prend pour un jobard, en plus … comment se détendre quand on est transpercé de partout ?

Je me motive en me disant … ouais … je l’ai déjà dit …

Elle refait son cinéma …

« Aïe » …. Tient ! Elle ne bouge plus !  Est-ce moi ou elle qui est tombé dans les pommes ?

Pas du tout !

Elle me dit

«Ça  y’est ! »

Ensuite, elle me scotche des bouts de coton partout sur les bras pour cacher les trous qu’elle m’a fait !

Et je sors du gourbi … la tête haute, le regard au loin sur la chaîne des Pyrénées, la démarche assurée du poivrot  zigzaguant …

Vivement la prochaine prise !