Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 3

  • Mais nom de dieu de bordel de merde, pourquoi ne suis je pas curé ....... ?

    C'est vrai, dans le fond, curé c'est une sinécure dans laquelle j'aurais pu m'épanouir, développer ma personnalité, mes dons et mes facultés extraordinaires de mensonges ....

    Va savoir ! ?

    ça tient à si peu de chose .... il aurait suffi que dieu existât et paf ! j'aurais fais cureton.

    La messe, les mariages, les enterrements, les communions, les baptêmes et les extras .... y'a du taf à faire !

    J'aurais considérablement augmenté les tarifs car j'aurais acquis du matos, des caméras, des projecteurs vidéos, des spots halogènes (pas allogène), j'aurais recruté des girls, des filles de putes de dieu pour montrer leurs nichons et leurs culs aux fidèles ébahis et conquis !

    J'aurais créé des chambres de passes dans la sacristie et une estrade de boîte de nuit dans la chapelle ... putain, j'aurais été un sacré bon dieu de curé !

  • Mort de Madiba ! Deux ans en Afrique du Sud, ça laisse des traces …. (Pretoria 1995 & 1996)

     

     

     

    J'ai mis un brassard noir à ma chemise madiba !

    Et pis c'est tout !

    Madiba, il a laissé sa femme s'occuper de mettre l'AFS en coupe taillée par les mafieux noirs qui avaient déjà la main mise sur tous les townships du pays.

    Certes, les blancs avaient bien investi les strates financières avec la tribu de Stael à la tête de la BCZA (Banque Centrale), et ses autres potes aux manettes des grands groupes et filiales américaines et européennes, mais la grande masse des petits blancs était totalement écartée des mangeoires bien garnies. Ils vivaient un cran au dessus des noirs, mais à peine. Pendant les deux ans que nous avons passés en ZA 'Zuid Africa', nous avons vu des milliers de sudaf quitter le pays pour émigrer vers l'Australie.

    Avec le positive discrimation act, une grande partie de la classe montante noire a investit les meilleures places, en doublons payés à rien foutre parce que chaque fois qu'ils prenaient une initiative ça tournait à la catastrophe !

    Madiba, il inaugurait les chrysanthèmes et il a demandé à ses copains d’organiser des procès bidons pour juger les méchants blancs qui avaient massacré les gentils noirs.

    Bien entendu il s’agissait non de punir, mais de vider l’abcès en demandant aux simples flics et autres gardes barrières de faire leur mea culpa (contrition). On aurait dit des mauvaises pièces de théâtre comme on en voyait dans les années cinquante en noir et blanc sur la seule chaîne de télé de l’époque en France.

    Y’avait des pleureuses, des énervés, des têtus, des boudeurs, des tartuffes …. Etc … impossible, je me souviens de suivre ces pantomimes plus d’une minute.

     Cette confrontation des familles face aux tortionnaires qui n’étaient en fait que de simples exécutants avait ce goût âcre des procès d’intention interminables qui ne règlent rien.

    Bien entendu, les grands responsables sont restés bien à l’abri dans leurs villas gardées comme des châteaux forts. Parce qu’en Afrique du Sud, on est très riche ou rien du tout !

    D’ailleurs, il y avait un immense contraste entre Johannesbourg et Prétoria.

    Le centre historique de Jobourg n’était qu’un immense champ de ruines calcinées envahi par des petites carrioles de vendeuses à la sauvette qui proposaient leurs légumes et autres bijoux en toc à des chalands indifférents et  désargentés. Mais il régnait une ambiance latente de violence menaçante et brutale. Un grand frisson vous prenait et vous n’aviez plus qu’une idée … sortir de là à tout prix avant qu’un tueur ne vous remarque à la blancheur de vote complexion et vous pique votre véhicule le canon d’une arme sur votre tempe (hi jacking) !

    Pretoria, était un patchwork de nombreux petits quartiers délimités par des axes routiers qui les séparaient entre eux. On distinguait très nettement le nord du sud et l’est de l’ouest car chacun avait son caractère propre lié à la période de construction (essentiellement) et au niveau de vie de ses habitants.

    Nous louions une villa de 10 pièces avec piscine dans le nord ouest de Prétoria. Dans ce petit quartier riche (notre villa était une des nombreuses villa propriétés du président de la Banque Centrale), les villas étaient entourées de pelouses et protégées par de simples murets.

    Les voleurs ne montraient pas le bout de leur nez car dans ce quartier régnait le « neighbour watch » (surveillance par les voisins). Toute personne qui pénétrait sur le territoire faisait l’objet d’une surveillance étroite si elle n’était déjà connue.

    C’est très important cette remarque parce que ailleurs, la plupart des maisons étaient protégées par de hauts murs avec barbelés électrifiés quant elles n’étaient pas carrément dans un ‘dominium’ avec ‘ons lapa’ (guérites) de gardes armés jusqu’aux dents qui n’empêchaient même pas les voleurs de s’introduire.

    Il ne se passait pas une nuit sans qu’un cambriolage à main armé ne défraie la presse locale. Et assez souvent il y avait mort d’homme.

    J’ai refusé de vivre armé, mais j’ai quand même suivi les cours donnés aux citoyens qui le souhaitaient. On enseignait de ne tuer dans la rue que si vote véhicule personnel était menacé de vol. Chez soi, il était interdit de tuer dehors, alors on vous mettait en garde : si vous descendez un cambrioleur dans votre jardin, ramenez-le dans la maison avant d’appeler la police.

    J’ai toujours eu l’esprit quelque peu retors, j’ai donc posé la question :

    « Mais les flics verront les traces de sang ! ? »

    « Aucune importance, du moment que le cadavre est dans la maison, les flics ne chercheront pas la petite bête ! »

    Malgré cette insécurité réelle, nous avons parcouru le pays en long, en large et en travers avec la grosse voiture que j’avais achetée à un membre de l’Ambassade de France. Une japonaise qui montait sans forcer à 220km/h.

    Il y avait de belles routes, de moins belles et mêmes des pistes interminables comme celle que l’on prenait pour aller à Sodwana Bay où se rassemblaient des centaines de gros 4X4.

    Pour accéder à Sodwana, il fallait traverser les terres Zoulou (les Zoulous sont autonomes et gouvernés par le roi des Zoulous), par une piste d’environ 6 mètres de large, pleine de trous immenses et ce sur cent kilomètres. De temps à autres, des zoulous sortaient du bush avec des objets sculptés en bois (nous en avons encore), on roulait à cinquante kilomètres heures au grand maximum et le plus souvent bien moins vite.  

    Les Boers sont rugueux, pour ne pas dire abrupts et toujours armés jusqu’aux dents (et c’est un euphémisme). Ils adorent se rassembler en plein bush pour vivre comme des sauvages mais avec le confort dernier cri. Tant que votre peau est blanche, ils ne vous tirent pas dessus sans sommation.

    Dans le zoo de Prétoria, j’ai croisé un jour un blanc immense (plus de 2m de haut) avec une carrure d’armoire bretonne qui se baladait avec son épouse (toute petite) qui poussait une poussette et … il avait à sa ceinture un gigantesque flingue (j’en n’ai jamais revu d’aussi gros). C’était anachronique, personne ne pouvait avoir l’idée de s’attaquer à ce géant !

    Nous, à Sodwana, en bons européens, nous louions des ‘lodges’. C’étaient des maisons entièrement en bois (sauf le frigo, l’évier et la plaque de gaz, les couverts et les draps) sur pilotis. Les singes rodaient et venaient piquer tout ce qu’on laissait sans surveillance.

     

    L’autre balade inévitable, c’était le Kruger Park. C’est de là que j’ai tiré mes émotions compilées dans mon mirliton : « Le soir tombe sur la savane sauvage ».

    Toujours des lodges et des steaks de 2 kilos cuits au « braï » (BBQ).

    Nous avons dû sacrifier une fois ou deux à Sun City. Mais c’était vraiment pour ne pas avoir à avouer qu’on ne connaissait pas !


    Voilà un peu de ce que la mort de Mandela évoque en moi.

     

    Note aventure en Afrique du Sud s'est mal terminée, comme presque toutes mes aventures africaines.

    J'ai été victime d'un noir hyper raciste qui ne voulait pas d'un étranger blanc dans l'entreprise qui m'a partout ailleurs accueilli à bras grands ouverts (oui, surtout mes compétences)  : Tunisie, Sénégal, USA, UK, Autriche, Singapour, Australie, France ...
    la société ORACLE


  • à la demande générale et expresse d'iPidi Blue le mélomane inconnu !!!

     

     


     


     

     


     


     

     


     


     

     


  • Échange de courtoisie, de bonnes manières et de pensées positives sur le néant de la presse moderne et des journalistes pigistes qui se contentent de commenter les chroniques lapidaires de l’AFP qui se prend pour le centre du monde !

     

    Ouais ! rien que ça !

     

     

    Voici ce qu’écrit Pierre Driout sur son blog (le parti de mon innnocence 15)

    Je ne voudrais pas avoir l'air de retourner le couteau dans la plaie mais enfin malgré mon invitation mercredi dernier aucun journaliste n'avait daigné se déplacer jusqu'au cimetière du Montparnasse ... pour y faire tout simplement son boulot ! Je suppose qu'un énième reportage sur le denier boy-friend de Claire Chazal est plus vendeur qu'un papier sur mon histoire de la bourse.

     

    Pierre, que je suis allé applaudir des deux mains, des deux oreilles, des deux pieds et des yeux dans son élégie allégorique du sieur Régnault au cimetière du Montparnasse me remercie de ma présence.

    Moi, je tiens à le remercier de son invitation et de sa prestation intellectuelle. C’est lui qui a raison , les journalistes sont des cons qui meurent de leur connerie, celle qui consiste  à ne s’intéresser qu’aux potins de ma concierge et autres billevesées imbéciles, crétines et sans le moindre intérêt ….  Surtout quand les enchères consistent uniquement à être le premier à parler de la naissance d’un connard de prince qui vivra comme un prince … i.e. comme un con !

    Ah si les hommes pouvaient s’intéresser à autre chose qu’aux immondices des people et des vedettes à deux balles.

    Le journaliste est sensé nous informer, pas nous faire le récit du carnet mondain par le détail !

    Oui, il y en a de sérieux, mais il y en a tant de brèles qu’on finit par perdre de vue les sérieux !

    Reste le canard enchaîné qui n’est pas un quotidien mais qui, parfois, s’englue dans le commentaire partisan comme lorsqu’il endosse la thèse du ministère de l’intérieur qui niait les pillages de cadavres à Brétigny !

    Chaque poussée de violence islamique apporte au FN des pourcentages de voix.

    Plutôt que de nier les évidences, pourquoi ne pas les combattre ?

    À force de dénis, les politiques creusent leur propre tombe et d’aucuns accusent les citoyens de n’être pas de bons citoyens mais des bouffeurs de FN !

    Allez donc expliquer ça à la grand-mère à qui un homme de couleur (franchement, quelle hypocrisie) à piqué le sac à main avec sa retraite de 300 euros pour le mois !

    Faut arrêter de pleurnicher et de laisser les bagnoles se faire crâmer par les dealers qui établissent leur territoire de non droit (sauf la charia interprétée à leur sauce akbar o allal !)

    Mais en fait, leur  dénégations ne sont que des aveux d’impuissance !

    Quand on est au gouvernement, on doit ménager la chèvre et le cochon. C’est important la tolérance, l’acceptation de l’autre. Faut vivre avec les handicapés de tous poils, les métiers quels qu’ils soient, même les plus sots, les idées les plus farfelues ….  Enfin …. Tant que ça ne tend pas à l’intimidation, à l’imposition d’une doctrine mafieuse et violente qui ne négocie pas mais affirme sa suprématie sur tout ce qui existe, a existé et existera (comme le prétendait en son temps l’église du pape pédéraste !)

    Alors ….  On abdique, on laisse aux autres le soin de régler les problèmes.

    Ça fait un spectacle d’un jour, un buzz !

    L’état se veut tolérant envers et contre tous, même envers ses ennemis …. À quand la remise en cause de l’hymne National ?

    Marisol Touraine, la lapine endorphine veut interdire la cigarette sur terre ! Faut-il être con ! ?

    Non ! en fait elle est à la recherche stupide de la renommée, de l’article, de la chronique qui fera parler d’elle et lui donnera un semblant d’existence !

    Ils en sont tous là !

    Rien à apporter à la Nation …. Juste sa connerie personnelle transformée par les journalistes en scoop extra ordinaire !

    Putain ! C’est quand qu’un ministre va se foutre en rogne et taper du poing sur la table, renverser les tabloïd, chier sur le dazibao et péter à la gueule des religieux ! Apporter enfin un remède à la misère intellectuelle et économique, renverser la courbe du chômage sur le lit de la générosité et de l’amour et lui faire des enfants beaux et intelligents qui travailleront au bonheur de leur famille et de la France !!!!

    Bah ! on vit avec des êtres sans passion, des zombis qui ne pensent qu’à leurs échéances de fin et de faim de mois, des petites gens qui ne votent pas de peur qu’on sache pour qui ils ont voté et que ça leur porte tort ….. car ……  le tort tue !!!!!

     

    Allez …. L’orage menace …. Vivement la pluie ….  Ça économise un arrosage !!!!!

     

    Vive la France et les tartuffes de mon cul !

  • Batho en nuisette, la directrice de cabinet d’Hollande mariée au PDG de Vallourec, Aurélie Filippetti dont l’ami est cadre chez Pinot ….. indignez-vous, la liste est longue ….

     

    Indignez-vous mes sœurs, indignez-vous mes frères, la politique, la finance et le patronat vivent de notre travail comme des parasites et se tiennent les coudes pour mieux nous les enfoncer dans les côtes !

     

    Aurélie Filippetti compagne  de Frédéric de Saint-Sernin (wikipedia) est issue de la clase ouvrière qui embauche des bonniches et des jardiniers aux frais de l’État, elle n’a de prolétaire que son chauffeur et ses salariés du ministère.

    Pour aider son homme  Frédéric de Saint-Sernin dans ses affaires privées et commerciales, elle va en Chine pour défendre les intérêts de Pinaut (Canard Enchaîné).

    Mais pour la culture, en dehors des radis radins, elle s’en tape le coquillard ….  Après elle le déluge ….  Sur la tête à Hollande !


    De Faouzi Lamdaoui à Sylvie Hubac épouse Philippe Crouzet, président du directoire de Vallourec, entreprise de forages pétroliers et gaziers, énarque de la promotion Voltaire ,et représentante personnelle du président de la République comme coprince en Andorre (tout un monde !)

    Batho nous explique  que Sylvie Hubac aurait bien pu prévenir son mari  du prochain débarras du gouvernement de la ministresse de l’écologie qui mettait des bâtons des les jambes de Vallourec pour les concessions d’exploitation du gaz de schiste. Comme au temps des rois pourris, les secrets d’alcôve alimentent les décisions politiques au plus haut niveau ….

    Bref, ce qu’il y a de bien pour ces grands patrons alliés de la finance et des politiques, c’est que si l’extraction du gaz de schiste pollue nos nappes phréatiques, cela augmentera sensiblement le prix de l’eau qu’il faudra dépolluer et prendre au passage de substantielles marges de profit.

    Et puis que ce soit la gauche ou la droite aux manœuvres, ce sont toujours les mêmes qui dirigent le pays dans le sens de leurs intérêts personnels au détriment des nôtres.

    Allah est sourd et dieu est aveugle quand à jéhova, il regarde de l’autre côté, muet !

     

    Indignez-vous, ça ne coûte rien même si ça ne change rien non plus !

    Pour conclure, je vous propose un nouveau concept révolutionnaire de manifestation de notre indignation : « les veilleurs assis chez eux devant la télé avec pack de bière et sandwiches aux cornes d’auroch » !!!!

  • Comme je l’avais écrit précédemment, ce sont bel et bien les avocats de Tapie qui ont tout manigancé !

     

     

    Mais avec les noms qu’ils trimballent, il ne pouvait en être autrement …

    Tapie rouge Tapis gris Tapie perçant Tapie plette ….  Déballe tout pendant sa garde à vue.

    Ce sont ses propres avocats, en qui il avait une confiance aveugle et absolue qui ont tout organisé pour lui faire verser à l’insu de son plein gré plus de 600 milliards d’euros.

    Maître l’Entourloupe et maître Étouffe Chrétien se sont organisés en bande d’escrocs pour piéger le célèbre homme d’affaires véreuses, crapoteuses et scandaleuses.

    Les deux avocats se seraient entendu comme larrons en foire et auraient organisé un arbitrage musclé, calqué sur l’arbitrage du match OM  / Valenciennes. Borloo aurait participé à la manip en qualité d’expert en coups tordus qui foirent !

    Le pire, c’est que le yatch, la villa, le journal, les mines d’uranium, les luxueuses voitures, le BBQ tout neuf et les costards de Nanard payés à l’aide du pognon piqué dans nos portefeuilles ne sont pas au nom du maître ès combines à la con mais à des noms d’emprunts de sociétés offshore et d’amis douteux (on parle d’un certain Cahuzac qui aurait prété du fric à un certain DSK copain comme cochon avec dédé la saumure pas fraîche.

    C’est vrai que cette affaire sent le pourri !

    Heureusement, à l’heure où nous rédigeons ce communiqué confidentiel, Sarkozy n’est pas officiellement mis en cause car Lagarde (barrière) aurait dit aux juges :

     « Vous devrez me passer dessus si vous voulez Sarko »

    Les juges, voyant qu’elle commençait à se déshabiller auraient appelé les agents de sécurité pour échapper au supplice !

     

    Voilà !

    Dès que nous en savons plus, nous vous contactons !

  • La liberté a-t-elle encore un sens en France ?

     

    Je viens de tomber sur un blog HautEtFortiste qui nous donne des nouvelles de la "fameuse" transparence chère à Hollande et qui faisait partie de ses promesses aux côtés du mariage sodomite !

     

    Extrait de POST-SCRIPTUM :

     

    "Claude Bartolone, le président de l'Assemblée, a mené le combat contre la publication intégrale des déclarations de patrimoine des élus, de concert avec Jean-Jacques Urvoas. Une solution de compromis a été trouvée: tout citoyen inscrit sur les listes électorales d'un département pourra consulter les déclarations de patrimoine à la préfecture, mais ne pourra pas les divulguer, sous peine de sanctions pénales (un an de prison et 45.000 euros d'amende)."

     

    Vains dieux !

     

    Un an d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende  ....  ça c'est du compromis, c'est même de la compromission !!!!!!!!!!!!

     

    Vous avez le droit d’aller consulter la bonne fortune (auto-déclarée) des élus mais motus et bouche cousue !

     

    Donc, si vous constatez un manque flagrant dans la déclaration d’untel ou unetelle, l’oubli de la déclaration d’un compte en Suisse ou aux îles Caïman, ou d’un château au Boukistan …. Vous la fermez, vous vous écrasez, vous tournez la tête, vous faites semblant de rien, vous vous débinez …..  bref, ne perdez pas votre temps, n’allez pas vous égarer dans les limbes de la préfecture (au risque de croiser des morts vivants) ….  Restez chez vous, coi et couard, vous n’allez tout de même pas dépenser 45.000 euros juste pour le plaisir de dire à votre voisin (qui s’en branle) qu’untel ou unetelle a menti sur sa déclaration …..  vous n’êtes pas cons à ce point, même si les élus nous prennent pour des gros cons !

     

    Bon ! moi, ce que j’en dis, hein !

    En tout cas, si Marine devient Présidente, on saura pourquoi ! 

    Un seul échappatoire : Votez pour moi !




     

  • L’ignorance est une grande plaie de notre siècle et d’aucuns la véhiculent sans se douter un instant qu’ils prennent des billevesées pour des contes de fée ! Ainsi iPidi ……

     

    Nous raconte :

    « Pouzin est réputé pour ne pas avoir inventé l'internet que nous connaissons faute de moyens mais pour avoir eu les premières idées théoriques sur le sujet en compagnie d'autres chercheurs européens notamment du C.E.R.N. »

     

    Mais il ignore que moi-même, dans les années 50, j’en parlais avec ma concierge, cette bonne dame Baluchon et que nous avions même créé un embryon d’internet dans notre immeuble avec des bouts de ficelle et de l’huile de coude car il fallait tourner la manivelle pour se faire entendre.

    Voyez plutôt :

    PCD120732432061-IMG0043.jpg





    J’ai gardé une photo du bouzin américain ! 

    PCD120732432061-IMG0045.jpg

     

    Les américains nous ont piqué notre idée et en ont fait, ultérieurement, le premier réseau web sans reconnaissance de notre génie !

  • Aurélie Filipetti une minisitre de la culture ..... du radis radin !

    Je vous l'annonçais tout à l'heure, l'opéra de Montpellier voit sa subvention passer de 9 millions d'euros par an à zéro !

    Faut dire que dans cet opéra comme dant tant d'autres, les magouilles, les bidouilles, les coups bas, les arnaques, les collusions .... etc .... étaient pléthore et que de ce fait, les clients désertaient cette ambiance délétère !

     

    Bon ! Ce n'est qu'un début continuons le combat !

    Voilà que la télé arrête l'émission cultissime : "des mots de minuit" de Lefait !

    Une émission tardive qui attirait 60.000 téléspectateurs et coûtait 64.000 euros.

    Certes, ça fait cher du téléspectateur ....  mais en plus, c'était très partisan, pour ne pas dire "noyauté".

     

    Allez, il y a encore tant de nanards à dégommer ....  à ce rythme, la reprise sera revenue avant que la ministre aie fini le grand ménage .....  et on pourra à nouveau s'offrir des merdes au prix du kilo d'or !




  • Que faisiez-vous et où étiez-vous le jour de la mort du général de Gaulle ? interviews de chrétiens crétins et autres soliloques.

     

     

    Je l’ai ouï à la télé, à la radio et dans les journaux, tout le monde se souvient de ce qu’il faisait et de l’endroit où il était le jour où on apprend la funèbre nouvelle de la mort d’un grand homme (les femmes ça doit être moins évident car on n’en parle jamais).

    Moi, par exemple, je me souviens très bien du jour de la mort de Claude François, j’étais dans ma baignoire avec mon transistor, mon savon et mes joujous qui flottent  ….  Depuis, je ne prends plus que des douches !

    Le jour de la mort de Coluche, j’étais à moto ….. j’ai acheté une auto.

    Voici quelques confidences que j’ai pu recueillir auprès de personnes signifiantes de notre société française (de celles qui fondent la France profonde) :

    Ma concierge : Le jour de la mort de de Gaulle, j’ai commencé par faire les carreaux de l’entrée, ensuite, j’ai fait les marches, puis le perron et enfin les communs et je suis rentrée dans ma loge car j’avais une envie urgente et pressante et c’est au moment ousque je me suis assise sur la lunette que le poste de radio a annoncé que le général avait passé l’arme dans la gauche ….  Ça m’a bien fait chier !!!!!

     

    Le facteur : Quoi ! ? Il est mort ! ?

     

    Bernadette sous biroute, la fille de mon voisin de palier : Ah Ben moi je sais pas répondre une fois …. J’étais pas née !

     

    Conne Bénédicte (soixante huitarde qui n’a pas évolué) : Nous, on a fait des barricades, comme Gavroche, on a balancé des gros pavés sur la gueule des CRS SS et on a brûlé des bagnoles et on a fait des armes de destructions massives en enflammant des cocktail mous lot oves dans des poussettes qu’on lançait sur les forces du désordre et on scandait des leitvotives dans la sœur bonne …  on criait « mors z’y l’œil », « dans l’cul la balayette », « sous les pavés les gueules ensanglantées des CRS », « papa achète-moi une ferrari », « maman j’veux une robe de chez Dior », « on veut des nougats » ……..  etc ………

    Euh ….  C’était quoi la question ?

     

    Un routier qui tient à rester anonyme : Ben, je crois bien que je roulais ….  Oui, c’est ça, je roulais sympa !

     

    Une blonde époxy peroxydée  par le coiffeur du Mont Bouy : ouais, vous vous foutez de moi, c’est un test de cul i, hein ! ? ben s’il est mort, je me mange les couilles !!!!!

     

    Le conseiller municipal à la culture de Bornambusc : Oh, vous savez, moi, les ragots …. Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre !

     

    Un couple de gays qui en ont vu d’autres … : nous, le jour où de Gaulle est mort, on était ensemble à la Bastille pour écouter Mélenchon nous bourrer …..  le mou !!!

    Moi : mais ……  Mélenchon n’était encore qu’un inconnu (comme le soldat) …

    Eux : pas pour nous, c’est lui qui nous a présentés ….  Tiens ! Ben justement, c’était le jour de la mort de Karl Marx !

     

    Le jardinier du bois d’Boulogne : Le jour où de Gaule a bouffé les pissenlits par les racines, j’étais jeune et belle et j’avais pas besoin de jardiner pour survivre ….  Aujourd’hui ….  Je suis vieille et les clients se font plus rare que les rouflaquettes de chauves !

     

    Voilà !

    J’ai ainsi pu démontrer que tout le monde se souvient bel et bien de ce qu’il faisait le jour où Thanatos prend en charge les vieux pour les remettre en main propre à Hadès.