Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

J'suis noble mais j'me soigne - Page 5

  • Christian Jacob, parlementaire secret défonce

    Christian Jacob prône l'immunité parlementaire totale et absolue !

     

    Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir !

     

    Noir ? Antillais, Gabonais, Ivoiriens, Suisse ... ????

     

    Et le marin des marinades se marre dans son yacht !

  • Pierre Driout plus pugnace que jamais.

     

    Dans ses propos, je retiens cette phrase :

    « La liberté d'un homme ne peut pas être contrainte au nom d'une vérité supérieure dictée par le consensus public, c'est le fondement essentiel de la démocratie, l'égalité de toutes les consciences et de toutes les paroles. Si l'on y contrevient on retourne vers toute forme de dictature possible. »


    P. Driout – le parti de son innocente innocence mise à mal !

     

    Dommage que cette liberté ‘ad minima’ ne soit respectée que par un frange réduite de la population et des ‘intellectuels’.

    Vous savez combien j’exècre ce mot : ‘intellectuels’ !

    Cette aversion, voyez-vous, tient à ce que la plupart d’entre eux ne sont que des ‘autoproclamés’, des ‘fake’, des similis intellectuels qui n’ont qu’une idée en tête quand on devrait tous en avoir des milliers.

     

    Cette limitation de la pensée engendre le sectarisme et le rejet d’une pensée multiforme. Pierre  a raison, on impose ou cherche à imposer à notre conscience une vérité qui n’en n’est pas une mais n’est qu’une de ses expressions.

     

    L’alibi de l’histoire avec un grand ‘H’ est, je crois, de plus en plus éventé ….  A force de nous rabâcher la même histoire, on finit par en avoir la nausée …. Un peu d’air, un peu d’espace, un peu d’autre chose que toujours le même ragoût réchauffé maintes et maintes fois jusqu’à en devenir si pâteux que la langue s’étouffe !

     

    L’histoire de la ‘gabelle sur le sel’ est si belle, si intense, si pleine d’enseignements sur nous mêmes, notre société et la façon dont le pouvoir revient toujours aux mêmes vieilles ficelles pour étrangler son peuple, le rendre exsangue et finalement révolté !

    Le bouclier fiscal n’est qu’une pâle imitation de vieilles recettes telles que le ‘bansel’ qui autorisait des moines et des nobles à vendre pour leur propre compte des récoltes de sel.

     

    Les gabeleux ou gabelous, les faux sauniers, les galères, les ruses pour transporter le sel au vu et au su des gabelous, les perquisitions inopinées et les saisies de sel de contrebande revendu ensuite par le duc en toute légalité ….. les petits arrangements entre l’UMP, Delanoé et Chirac relèvent des privilèges de noblesses, de la justice a vitesses multiples  …..

     

    On a beaucoup à apprendre de l’Histoire et si peu des petites historiettes dont on nous ensable les oreilles !

    L’histoire, ce n’est pas, non, les histoires de cul entre nobles dames et gentils messieurs, l’histoire, voyez-vous, ce sont toutes ces histoires d’hommes et de femmes luttant contre les privilèges et les canons avec pour seules armes leur intelligence et leur fourche.

    Le pot de terre ne cassera pas le pot de fer, mais il peut le renverser, le mettre cul par-dessus tête et le rendre définitivement inopérant.

  • On parle de délation …….. sans savoir que, dans certains cas, c’est une OBLIGATION qui peut coûter cher à celui qui s’y soustrait !

     

    Au Moyen-Âge, les individus avaient obligation de délatter auprès des autorités tout acte contraire à l'intérêt public.

    Par exemple, un boucher qui vendait du rat à la place de lapin, ou de la chair humaine en pâté .....
    Si le boucher se faisait prendre et que ses voisins, à l'évidence au courant des malversations du boucher, s'étaient tus, ils étaient condamnés au même titre que le coupable.

    Vois-tu, cette délation était la meilleure façon, pour l'époque, de préserver les intérêts de la population.

    Un autre ?
    Eh bien, de nos jours, c'est la même chose, une personne qui se tait peut être condamnée pour recel d'infos (sauf les journalistes qui échappent à la vindicte).

    En fait, tout cela est une question de culture, d'éducation, de religion et de déontologie personnelle.

    L'un, dépressif et jaloux, n'hésitera pas à dénoncer son voisin, quitte à inventer pourvu que le voisin soit bien emmerdé.

    L'autre, bien dans sa peau et indifférent aux cancans et autres rumeurs infondées, passera son chemin et utilisera son précieux temps à des activités intéressantes.

    Il y a des téléspectateurs pour la télé réalité (voyeurisme maladif) et des téléspectateurs que ces branlades n'intéressent pas.

    Perso, je me fous pas mal des ragots ..... mais je reste à l'écart parce qu'il y a tant et tant de sujets passionnants, bien plus intéressants que les chamailleries stériles et puériles.

    Par contre, je ne donne pas de leçon !
    Que celles et ceux qui se complaisent dans leurs vomis y restent, ce n'est certainement pas moi qui viendrais me joindre à eux !

     

    Si vous ne me croyez pas que de nos jours la délation est une obligation pour certains, allez voir sur NetIris :

     

    Finance

     

    Rappel de l'administration fiscale concernant l'obligation de déclaration de soupçon :

     

     

     

     

     

    Dans le cadre de la lutte contre l'utilisation du système financiers aux fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, l'ordonnance (n°2009-104) du 30 janvier 2009, soumet les personnes assujetties aux obligations de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, à l'obligation de déclarer au service TRACFIN, les sommes inscrites dans leurs livres ou les opérations portant sur des sommes dont elles savent, soupçonnent ou ont de bonnes raisons de soupçonner qu'elles proviennent d'une infraction passible d'une peine privative de liberté supérieure à un an ou participent au financement du terrorisme.

    Dans une instruction fiscale du 26 juillet 2010 (BOI n°13 L-7-10), il est rappelé que le champ de la déclaration de soupçon couvre donc désormais la fraude fiscale, passible d'une peine d'emprisonnement maximale de 5 ans.

     

    Aux termes de l'article L561-15 du Code monétaire et financier, il est prévu que les personnes soumises à cette déclaration de soupçon déclarent au service TRACFIN les sommes ou opérations dont elles savent, soupçonnent ou ont de bonnes raisons de soupçonner qu'elles proviennent d'une fraude fiscale lorsqu'il y a présence d'au moins un des critères prévus par l'article D561-32-1 du Code monétaire et financier.

    Il est précisé que le critère mentionné au 1° du II de l'article D561-32-1 vise notamment" l'utilisation de sociétés écran ayant leur siège social dans un Etat ou un territoire qui n'a pas conclu avec la France une convention fiscale permettant l'accès aux informations bancaires, identifié à partir d'une liste publiée par l'administration fiscale".

    De même, le critère mentionné au 10° du même article vise "certaines opérations financières internationales en provenance ou à destination de l'étranger notamment lorsqu'elles sont réalisées avec ces mêmes Etats ou territoires".

     

    L'instruction contient la liste des Etats ou les territoires qui ont conclu avec la France une convention fiscale permettant l'accès aux informations bancaires au 1er janvier 2010. Elle sera mise à jour chaque année à la date du 1er janvier.

     

    Il s'agit de l'Afrique du Sud, Gabon, Niger, Albanie, Ghana, Nigeria, Algérie, Guinée, Norvège, Allemagne, Grèce, Nouvelle-Calédonie, Argentine, Hongrie, Nouvelle-Zélande, Arménie, Ile Maurice, Ouzbékistan, Australie, Inde, Pakistan, Pays-Bas, Azerbaïdjan, Indonésie, Bangladesh, Iran, Pologne, Bénin, Irlande, Portugal, Qatar, Botswana, Islande, Brésil, Israël, Québec, Bulgarie, Italie, Roumanie, Royaume-Uni, Burkina-Faso, Jamaïque, Cameroun, Japon, Russie, Canada, Jordanie, Saint-Pierre-et-Miquelon, Centrafricaine, Kazakhstan, Sénégal, Chili, Koweït, Slovaquie, Chine, Lettonie, Slovénie, Chypre, Liban, Sri-Lanka, Congo, Libye Suède, Corée, Lituanie, République Tchèque, Côte-d'Ivoire, Macédoine, Thaïlande, Croatie, Malawi, Togo, Danemark, Mali, Trinité et Tobago, Egypte, Malte, Tunisie, Emirats arabes unis, Maroc, Turquie, Equateur, Mauritanie, Ukraine, Mayotte, Espagne, Venezuela, Estonie, Mexique, Vietnam, Etats-Unis, Monaco, Zambie, Ethiopie, Mongolie, Zimbabwe, Finlande et Namibie.

     

    Les Etats et territoires visés aux 1° et 10° du II de l'article D561-32-1 sont donc les Etats et territoires qui ne figurent pas sur cette liste.

     

    Rédigé par la Rédaction de Net-iris et publié le vendredi 6 août 2010.

  • La loi des contraires et sa cohorte d’antinomies - la politique Tsarkoziste peut-elle encore durer ?

     

     

     

    Notre très affable bon président Nicolaï Tsarkovitch 1er justifiait, dans un récent colloque télévisuel, qu’il faut des riches. (nous appellerons cette affirmation ‘P1’ pour Postulat 1)

     

    Les riches, disait-il en substance, sont nécessaires à la Nation car ils garantissent nos investissements et notre développement en plaçant leur fric dans des affaires juteuses qui donnent du travail aux travailleurs et des dividendes aux actionnaires boursicoteurs.

     

    Bien ! Actons de ce postulat qui affirme que les riches représentent la force vive de la Nation, son sang bleu, la noblesse de l’Etat et notre meilleure garantie contre les aléas financiers imprévisibles et cabots.

     

    Cependant, par cette gracieuse justification, il postule obligatoirement son corollaire :

    « Les pauvres sont indispensables à la Nation. » (Nous donnerons à ce second postulat le doux nom de ‘P2’)

     

    Sans entrer dans le détail, le bon sens populaire élémentaire vous le dira :

    S’il n’y a que des riches il n’y a plus de pauvres et s’il n’y a que des pauvres il n’y a plus de riches. Monsieur de Lapalisse, en son temps, n’eut pas mieux dit !

     

    Les pauvres, donc, permettent aux riches d’exister quand les riches réclament toujours plus de pauvres afin de rester ou, mieux, développer leur statut de riches.

     

    Je l’écrirai, personnellement sous la forme algorythmique suivante :

    If P1 > P2

    Then P2 = P1

    Else P1 = P2

    End if;

     

     

    La question sur laquelle notre très aimable dictateur ne s’attarde  pas est : « faut il plus de pauvres pour plus de riches ou pour que les riches soient plus riches ? »

    Et pour cause !

    Cette question, en effet, est très épineuse !

     

    If P1<P1’

    Then P2’ >  P2

    Else P2 = P2’

    Else if P2 > P2’

    Then P1 > = P1’

    And P2 = P2’

    End if;

     

    Tentons, si vous le voulez bien, d’apporter quelques éclaircissements à ce dilemme.

    Pour ce faire, dressons le portrait d’un pauvre puis celui d’un riche.

     

    Le pauvre :

    Le pauvre n’a jamais d’argent sur lui ni sur son compte en banque.

    Il vit à crédit et ses revenus sont principalement constitués de subsides qu’il perçoit de l’Etat sous forme d’allocations familiales et/ou de chômage et/ou de fin de droits, de revenus minimum ou de retraite précaire.

     

    Certains pauvres travaillent.

    Ils occupent des emplois que les riches ne sauraient tenir.

    On peut les voir sur des chantiers ou sur des navires ou dans des commerces minables tels les bureaux de tabac loto tiercé bar brasserie du commerce, les boulangeries, les pharmacies, les boucheries … etc ….. (veuillez compléter la liste par vous-même).

    En tout état de cause, la rémunération du pauvre est diaphane.

    Il ne sait pas se vendre et accepte volontiers des salaires de misère sous le fallacieux prétexte qu’il est heureux d’avoir du travail.

    Bien entendu, le pauvre raisonne comme un pot de chambre et s’auto dévalorise  car il ne comprend rien aux délicats mécanismes de l’économie.

     

    Le pauvre vit dans des lieux infâmes, dignes, la plupart du temps, de porcheries. Il n’a aucun confort et se voile la face en regardant la télévision dans laquelle il peut voir les riches et les envier sans pouvoir les toucher.

     

    Le pauvre, s’il joue aux courses de chevaux, n’a pas les moyens de posséder son propre haras avec des chevaux racés et lustrés.

     

    Sa voiture, quand il en a une, est une automobile gourmande en énergie et entretiens, assurée à prix d’or, qu’il doit faire contrôler régulièrement parce qu’on ne peut avoir confiance dans les pauvres  et dangereuse à conduire.

    Les pauvres s’agglutinent sur les autoroutes une fois par an et s’y entretuent gaillardement car ils n’ont pas les moyens de voyager dans leur propre avion.

     

    Le pauvre est un être abjecte et repoussant.

    Il travaille avec ses mains qu’il a toujours sales et les efforts qu’il fait dans son métier le couvrent de sueur qui se colle à ses vêtements, les mouille d’exsudat et ces sécrétions imprègnent le pauvre d’une puanteur abominablement écoeurante.

    Le pauvre ne fait aucun effort pour s’arranger ni pour améliorer son quotidien.

    Le pauvre est alcoolique et joueur, il dépense son maigre pécule dans des jeux idiots qui le ruinent.

    Notez, au passage, que même si on donnait plus d’argent à un pauvre il n’en serait pas plus riche puisqu’il dépenserait tout en jeux imbéciles.

    Les pauvres font des mariages de pauvres mais qui les endettent pour dix ans.

    Ensuite, certains, plus kamikazes que les autres, s’endettent pour vingt cinq ou trente ans pour l’achat de leur porcherie qu’ils finiront par perdre soit aux jeux soit parce qu’ils ne seront plus bons ni pour le travail ni pour le chômage et qu’ils n’atteindront pas l’âge fatidique de la retraite qui se débine sous leurs yeux un peu plus chaque année, repoussée par le gouvernement aux calendes grecques.

     

    Le pauvre n’a qu’un seul mérite : celui de mettre en valeur les riches.

     

     

    Le Riche :

    Le mot s’écrit avec une majuscule car le Riche est le descendant direct du Noble.

    Il en a les vertus et l’argent qu’il n’a pas besoin d’aller chercher car l’argent vient à lui sans qu’il ait à se déplacer.

    Le Riche sent bon les parfums onéreux, il a une dentition parfaite et des cheveux soyeux et bien entretenus.

    Le Riche peut aller partout (sauf dans les porcheries des pauvres) sans avoir à demander une quelconque autorisation à qui que ce soit.

    Il se déplace dans des yachts ou dans des jets privés.

     

    Le Riche est d’un naturel élégant, il est très  bien vêtu de beaux habits riches en textile, en couleurs et en poches.

    Il parle avec beaucoup de componction en utilisant des mots choisis qui n’irritent pas les oreilles et n’ont ni l’arrogance ni la véhémence des mots des pauvres qui parlent sans vergogne de révolution, d’anarchie, de grève (OUHHHHH ! le vilain mot !), de congés (et puis quoi encore … ?), de télévision et de foot …. Etc ….

     

    Le Riche, lui, est instruit. En tout cas, il est bardé de diplômes très rares qu’il est obligé d’aller acheter dans des pays lointains qui ont des universités renommées et dispendieuses (mais le Riche s’en fout car il a les moyens !).

     

    Le Riche n’a pas besoin, comme le pauvre, d’apprendre quoi que ce soit car l’argent remplace avantageusement l’érudition.

     

    De toutes façons, le Riche possède des bibliothèques bien documentées de livres inutiles et d’incunables  de grande valeur financière.

     

     

    Le Riche est généreux, il donne aux petites sœurs des pauvres qui ont la lourde responsabilité de redistribuer aux pauvres méritants (qui sont rares – c’est pour ça qu’elles ne peuvent donner plus).

     

    Le Riche dort dans la soie. Il y pète aussi car le Riche a, malheureusement, une constitution physique proche du pauvre mais sans les désagréments liés aux travaux de force et autres inconvénients inhérents aux insuffisances  médicales.

    Lorsque le Riche se trouve acculé aux troubles des intestins, il a à sa disposition un lieu d’aisance particulier entrenu par une pauvre spécialement dédiée à cette tâche ingrate mais valorisante de nettoyage des toilettes.

     

    Le Riche n’a qu’un seul point faible : il a besoin du pauvre pour être riche.

     

     

    Nous pouvons, à présent, répondre à notre fameuse question : « Faut il plus de pauvres pour plus de riches ou pour que les riches soient plus riches ? »

     

    Grâce aux définitions que nous avons données, il est aisé de conclure que :

     

    Plus il y a de pauvres, plus les Riches sont Riches et si il y a encore plus de pauvres, on peut très bien imaginer qu’il y ait, alors, assez de pauvres pour qu’existe plus de Riches.

     

    Ainsi, ces explications donnent raison au gouvernement Tsarkoziste :

    « Il faut générer le plus de pauvres possible si nous voulons qu’il y ait plus de Riches plus riches. »

     

    If P1’ > P1

    Then P2’ > P2

    End if

     

    Ainsi, aussi, nous comprenons mieux la politique Tsarkoziste qui consiste à hypothéquer les vieux en les privant de retraites car ils feront d’excellents pauvres qui ne trouveront pas de travail à partir de 50 ou 55 ans et s’enfonceront dans la misère faute d’un revenu en attendant la retraite qu’il n’atteindront pas car ils se suicideront avant et de facto, leur argent viendra grossir le portefeuille des Riches qui se paieront des dettes des pauvres en leur confiscant leurs porcheries qu’ils revendront au prix fort au nouveaux pauvres cherchant du travail et de quoi se loger.

     

    Cette stratégie du perdant / gagnant est d’une grande perversité, certes, mais elle est aussi d’une redoutable efficacité car le dynamisme qu’elle engendre permet aux vieux de mourir jeunes et aux jeunes de remplacer les vieux qui nous quittent !

    Ce brassage présente en outre l’avantage de garantir aux Riches de rester Riches et aux pauvres de rester indispensables.

    Bien entendu, cette stratégie explique et justifie aussi le besoin d’immigrés qu’a la France car, comme nous venons de le démontrer, les vieux mourants de plus en plus jeunes, nous serons rapidement en déficit de pauvres !

    OR, l’immigration est une ressource inépuisable de pauvres tant que les Riches étrangers resteront solidaires des Riches Français et de ce point de vue, nous n’avons guère de doute.

     

    Vive la France et le Boukistan, vive les futurs pauvres étrangers français et les français Riches de souche !!!!!!!!!!!!!!!!

     

     

  • Etes-vous vraiment certain d'être vrai ment Français ?

     

    Ca y'est !


    aux infos sur FR3, les juifs demandent à ce qu'on leur redonne leurs noms que leurs grands parents avaient demandé à modifier en le francisant avant l'holocoste ......


    désormais, on ne dira plus monsieur Dupont, mais Sidi Kipa ....

    on ne dira plus madame Durand, mais la duchesse Lévy .....


    Oui, car voyez-vous, il est indécent que les faux juifs (les vulgaires Chirac ou Estaing ...) qui ont adopté comme pseudo des Krief ou des Paradis .... bénéficient des mannes de la diaspora pendant que les Bienfait, les Grossequeues, les Bienenchair, les Rouflaquettes ... en soient exclus au prétexte que leurs identités ne trahissent pas leurs origines .....


    Donc, le procureur du roi (Nicolas trou duc) renvoie les plaignants dans leurs synagogues au prétexte qu’on ne change pas de nom comme on change de chemise (rue du Temple) …..

    Il ferait bon voir que tout un chacun, au prétexte que la shoah n’est plus à l’ordre du jour, reprenne au débotté un nom à consonance étrangère –

    - eh oui ! Strauss, Khann, Rotschild …. Tout ça, monsieur, madame, est à consonance étrangère - c’est le substitut qui le dit, pas moi !


    Donc, le greffier en chef du tribunal de Jérusalem (quartier nord est de Paris aussi appelé Seizième) …. A-t-il mis un bémol aux graves insinuations de la commandanture …. Il a entre autres précisé :

    Faut voir !

    On ne peut pas tous les renvoyer chez eux, il n’y a pas que de l’ivraie dans tous ces faux vrais juifs, certains ont des biens propres qu’il convient de conserve en France …. Et blablabla …


    Bref !

    Les faux juifs veulent redevenir des vrais juifs et de faux Français, c'est-à-dire ce qu’ils ont toujours été !


    Mais que fait Besson bordel de merde !!!!!


    En attendant, mon copain Mohammed n’a toujours pas demandé à s’appeler Marcelle (double maquillage pour tromper l’ennemi de l’intérieur !) … non, lui il assume.

     

  • photos de vacances .... suite ... hôtel de la belle étoile

    En Haute-Savoie, les hôtels ne sont pas chers,

    mais il faut apporter son duvet !

     

    img-095257hm94e.jpg

  • Etre né ......................... ou pas !

     

    Qui a dit :

    « Voulez-vous que je continue à vous parler de l'histoire de France à ma façon qui n'est pas celle des historiens officiels ? Ou que je romance ma vie à la manière toute chaste des vertueux et des coupables ? Ou que je devise sur le cours du temps ? Ou que je tire la quintessence des choses malgré elles ? Demandez et je vous répondrais ... ou pas ! » ?

    Mais oui, mais c’est bien sûr … ce Machiavel du dimanche, ce candidat perpétuel à l’éternité (ou éternel à la perpétuité …. On ne sait plus très bien …) vous savez, celui qui écrit :

    « Il y a d'un côté les purs, de l'autres les impurs »

    Comme l’eut fait un Druon de basse-cour qui aimait à catégoriser et fustiger tout ce qui refusait d’entrer dans son moule.

    Allons, voyons, ne me dites pas que vous donnez votre langue à la chatte de ma voisine, elle ne vous la rendrait pas ….. Allez, faites un effort, vous ne connaissez que lui …..  lui, qui a tout le bottin mondain pour famille …..

    Mais oui, bien sûr que c’est iPidi !

    Ah bah dites donc, vous n’avez pas été très rapides sur ce coup là !!!!!

    Moi, vous me connaissez …. ou pas  …. Je ne me laisse pas facilement impressionner, c’est pour cela que j’ai pris mes renseignements sur la fameuse :

    « vicomtesse Nicolas de Trogoff de Boisguézennec »

    Eh bien pour commencer, figurez-vous que l’on doit dire ‘du’ et non ‘de Boismachin’  ben oui, quoi, le loup, il sort du bois, pas de bois … de boire, je veux bien, mais ad maxima !

    Mais, et tenez-vous bien …………..  cette brave femme qui tient ses titres d’un obscur saint Breton, est de la mienne famille !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Eh oui !!!

    Ah ça vous la coupe, hein !!!!!

    Figurez-vous que mon grand oncle Prosper Yoplaboum de la Trifougnette avait fait un enfant illégitime à la sœur du saint bigoudin obscur. Or, cette femme de petite vertu se trouvait être la maîtresse du vicomte de machin chose du boistrucbidule  et elle a fait un odieux chantage au type en question en lui faisant croire que le mioche était de lui. Bien entendu, la vicomtesse de mes deux n’a pas apprécié, mais alors, là, pas du tout ….. et puis, se ravisant et considérant nonobstant qu’elle était stérile, elle adopta l’enfant qui devint par là-même un mien arrière grand cousin du côté de la quéquette de qui je viens de vous l’expliquer.

    Conclusion :  je suis un parent d’iPidi.

    C’est-y pas beau ?

    PS :

     

    je tiens à la disposition de qui me le demandera les preuves testimoniales et testiculaires de tout ce qui est écrit ci-dessus.

     

    Qu’on se le dise !

  • L’art et la manière de vivre la vie de château. De qui se moque-t-on ?

     

     

    Sous le titre racoleur :

    Art contemporain

    Menaces sur Kerguéhennec

    L’installation du Centre Tal-Coat et un prérapport désobligeant mettent en péril le centre d’art breton.

    Le Journal des Arts - n° 286 - 5 septembre 2008

    Lire l'article


    et, pour admirer l’œuvre du peintre Tal-Coat :

    images Tal-Coat

    Ah ! ces bouffeurs de subventions !!!!

    Jamais contents !

    carac_vignette1_1.jpg

    Ils ont la vie de château, mais ils en demandent toujours plus ……

    Ces mauvaises manières de la DRAC, du conseil régional et du ministère de la culture à leur encontre seraient-elles prémonitoires et annonciatrices de catastrophes bien plus grandes à venir ?

    Tou(te)s ces planqué(e)s incultes, direct(eurs)rices de musée, ces directeurs d’associations de malfait(eurs)rices vivant du denier de l’Etat et se gobergeant dans des demeures seigneuriales vont-ils, à leur tour, connaître le bonheur de vivre en HLM et d’aller pointer à l’ANPEASSEDIC ?

    A force d’exposer de la merde, ils se verront bientôt dans la dèche obligé(e)s de la manger, cette merde qu’ils se complaisaient à louer avec la plus grande mauvaise foi !

    Réjouissons-nous mes sœurs, mes frères …… les ignominieux indigents de la culture vont disparaître faute de fric et laisser place aux vraies valeurs !

    Merci qui ?

    Sha She Qi, bien sûr !