Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Philo de bar

Le sens de la vie

 

Tout bon philosophe qui se respecte se doit de donner un sens à la vie.

 

Je viens de rencontrer Cioran ... y vaut pas mieux que les autres !

 

 

En fait,  quand on les lit au fil des ans et des rencontres, on constate deux choses :

Ils se copient les uns les autres chronologiquement.

Ils disent  à peu près tous la même chose et donne à la vie leur sens personnel sans que personne n'y trouve son compte (sauf les imbéciles).

 

Ce qui, d'autre part, me choque c'est qu'ils font tous systématiquement référence à la religion. Aucun d'eux ne part de rien (nihil) pour définir notre néant (nihilo).

 

Il n'y a pas de sens à la vie.

On sort un jour du néant comme toutes choses, sans sens, sans nécessité et on a quelques années devant nous pour profiter de cette présence sur terre ou pour en souffrir !

On retourne au néant quand tout est joué.

Connaissez-vous une seule chose qui ne soit pas issue du néant et qui n'y retourne pas !

C'est, je crois, cette monstrueuse inutilité de l'être qui a conduit les premiers humains à se créer une déité à travers laquelle vivre une éternité. Les tout premiers se prenaient pour des dieux, vivaient avec, les touchaient du doigt, de la langue …

 

Je crois aussi que ce néant a été le lit commun de tous les philosophes (sauf les abrutis, évidemment !).

 

Si la vie en elle-même n'a aucun sens, chaque vie est à prendre en considération.

On a, qu'on le veuille ou non, des êtres qui vécurent ou vivent des vies extraordinaires. Belles ou pas, utiles (?) ou non.

 

LE sens de la vie doit se décliner en sens de 'sa' vie.

Vous venez au monde, OK !

Et vous faites quoi de cet état temporel borné par les deux bouts ?

Que faites-vous entre les deux pôles de cette chance qui vous est donnée d'en faire quelque chose ?

 

Le paramètre 'primo' à prendre en considération, c'est le milieu social dans lequel vous êtes projeté.

Un enfant de pauvre n'a pas les mêmes armes que l'enfant de riche.

Le paramètre 'secondo' est le cerveau et ce qu'il est capable de faire.

Le 'tertio' est le corps et ce qu'on peut lui demander de faire ou pas !

 

L'humanité dure depuis suffisamment longtemps pour qu'on dispose d'un large panel de références humaines.

Mais là aussi le prisme déforme la pensée à cause des "historiens" à qui on demande d'éclairer le monde suivant la mode du jour !

Untel qui fut un conquérant deviendra un tyran. Cet autre qui était un poète sera banni des livres d'histoires et des bibliothèques en raison des idées qu'il 'galvaudait'.

L'histoire écrite sous le joug des maîtres politiques se façonne aux grès des hommes qui en détiennent la clé.

Je n'ai jamais aimé les cours d'histoire car j'ai deviné très jeune qu'ils étaient pipés. Ça n'a fait que se confirmer au fils de mes âges.

 

Le jugement, voilà un élément déterminent de la façon dont notre vie va se jouer.

Celui que l'on porte et celui qu'on vous porte.

Et puis ça se termine par le jugement final.

Les cérémonies funéraires sont, à ce sujet, pleines d'enseignements.

En quelques minutes la vie du de cujus est expédiée quand elle n'est pas récupéré toute entière par les siècles des siècles, cette formule sibylline qui ne veut tellement rien dire de l'éternité absolue inexistante.

J'ai bien envie de jeter à la poubelle mes élucubrations.

Un des sens de la vie c'est le travail.

Le travail a été inventé pour occuper l'esprit et enrichir ceux qui ont tout compris.

Le travail s'exécute dans un métier.

Les métiers évoluent et on met des dizaines d'années à acquérir une maîtrise et quelques années à perdre tout savoir faire. Mais l'important c'est qu'on a été bien occupé, bien détourné de toute introspection existentielle. Par contre on aura consacré bien du temps à s'interroger sur le pourquoi de telle ou telle décision prise vous concernant. Que ce soit en bien ou en mal.

Car un paramètre délicat du sens de la vie, est le contact avec les autres.

Il vient nécessairement un moment où le sens de notre existence croise le sens de la vie des autres.

Ça commence avec les parents qui vous imposent leur point de vue du sens de leur vie qu'il vous souhaite conforme à la leur …

Puis, les plus terribles d'entre tous, les éducateurs.

Ah les enseignants …. Je ne vais pas vous en parler, vous savez déjà ce que j'en pense. Mais quel sens donnent-ils à votre vie ? Ils ont les mêmes objectifs que vos parents (qu'ils enseignèrent) et les historiens qui font partie du binz. Ils cherchent à donner à votre vie le sens que les puissants ont besoin que vous adoptiez.

 

Le sens de la vie est une équation.

Deux formules mathématiques appelées F(x) et G(x) permettent d'en donner une idée géométrique algorithmique.

http://slideplayer.fr/slide/1708339/

 

Notre vie sinue de bas en haut de haut en bas de bonheurs en malheurs de joies en peines … mais avance inéluctablement vers la chute.

 

Je ne parle pas de sensiblerie mais de philosophie.

Quel sens donner à notre vie ?

Celui qui n'arrive pas à donner un sens à sa vie n'a fait que chercher l'introuvable. La question n'est celle du sens de la vie mais celle de la façon dont on joui d'un bien temporel borné sachant qu'ils sont nombreux à vouloir vous en frustrer à vouloir vous voler votre temps déjà bien limité.

Commentaires

Écrire un commentaire

Optionnel